USA: 1ère exécution avec une simple dose d'anesthésiant vétérinaire

Photo non datée montrant l'intérieur d'une salle d'exécution
Photo non datée montrant l'intérieur d'une salle d'exécution - © AFP

Johnnie Baston, un Noir de 37 ans, est devenu jeudi le premier condamné à mort exécuté aux Etats-Unis par l'injection d'une dose unique et mortelle d'anesthésiant vétérinaire, ont annoncé les autorités pénitentiaires de l'Ohio.

Johnnie Baston avait été condamné à mort pour le meurtre d'un gérant d'épicerie sud-coréen d'une balle dans la tête tirée à bout portant.

Sa mort a été prononcée à 10h30, ont indiqué les autorités pénitentiaires dans un communiqué.

Depuis les faits, en mars 1994, il avait toujours affirmé qu'il n'était pas le tireur et désigné un homme qu'il avait rencontré quelques heures plus tôt mais dont la trace n'a jamais été retrouvée.

Selon la presse locale, il laisse deux enfants, des adolescents, orphelins. La famille de la victime, opposée à la peine de mort, avait demandé à ce qu'il ne soit pas exécuté mais le gouverneur de l'Ohio, le Républicain John Kashich, a refusé de lui accorder sa grâce.

Il s'agit de la première exécution effectuée avec une dose massive de pentobarbital, un puissant anesthésiant connu pour son utilisation dans les euthanasies animales.

L'Ohio utilisait auparavant une dose massive de thiopental - un anesthésiant utilisé dans toutes les exécutions capitales aux Etats-Unis mais avec deux autres produits - mais le produit n'est plus fabriqué sur le sol américain.

L'Oklahoma est le premier Etat à avoir substitué le pentobarbital au thiopental en décembre, mais l'anesthésiant vétérinaire est ici couplé avec d'autres substances.

L'Etat de l'Ohio, le seul avec celui de Washington à n'injecter qu'un seul produit, à dose mortelle, dans les veines de ses condamnés à mort, avait annoncé fin janvier sa décision de changer de produit.

Johnnie Baston est le deuxième homme exécuté en 2011 dans l'Ohio, le 43e depuis 1999 dans ce rare Etat du nord des Etats-Unis à exécuter aussi activement. Huit autres exécutions y sont prévues jusqu'en novembre, soit une par mois.


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK