Une vingtaine de personnes, dont un eurodéputé hongrois membre du Fidesz, verbalisées lors d’une partie fine à Bruxelles

"Une vingtaine de personnes ont été verbalisées pour non-respect des mesures sanitaires à la suite d’une soirée organisée vendredi soir, au premier étage d’un immeuble au centre-ville de Bruxelles", a déclaré ce mardi Sarah Durant, porte-parole du parquet de Bruxelles, confirmant une information de la Dernière Heure.

Selon le quotidien, il s’agit d’une partie fine, à laquelle participaient notamment des diplomates et un député européen. Le Parquet n’a pas fait de commentaires sur le caractère sexuel de la soirée.

Il donne toutefois quelques précisions sur l’intervention de la police : "Les services de police ont été alertés par des voisins qui se plaignaient de tapage nocturne et d’infractions potentielles aux mesures liées à la pandémie de COVID-19 dans un appartement du centre-ville".

Tentative de fuite

Selon l'enquête, deux des 20 personnes présentes sur place, D. O. (1977) et P. B. (1987), ont invoqué leur immunité diplomatique, engendrant l’intervention, en pleine nuit, du ministère belge des Affaires étrangères. Des stupéfiants ont été trouvés dans le sac à dos d'un homme qui tentait de s'enfuir le long de la gouttière du bâtiment. Sans documents d’identités, les policiers ont finalement découvert qu’il s’agissait de l’eurodéputé hongrois Jozsef Szajer, membre du Fidesz de Viktor Orban.

3 images
Jozsef Szajer en 2006 © Tous droits réservés

C’était irresponsable de ma part

Dans un communiqué, Jozsef Szajer a fait savoir qu’il n’avait "pas consommé de drogue", alors qu'"une pilule d’ecstasy" a été retrouvée par la police. Il s’est également excusé : "Je regrette profondément cette violation des restrictions anti-Covid, c’était irresponsable de ma part. Je suis prêt à payer l’amende prévue dans ce cas" (soit 250 euros, ndlr), explique-t-il dans un texte transmis par le PPE. Il y présente aussi ses excuses à "sa famille, ses collègues et ses électeurs".

Des procès-verbaux ont été dressés pour non-respect des mesures liées à la pandémie de COVID-19 pour toutes les personnes présentes. Un procès-verbal a également été établi pour Jozsef Szajer pour infractions relevant de la législation en matière de stupéfiants.

Il avait déjà démissionné ce dimanche

Le député hongrois au Parlement européen Jozsef Szajer, avait annoncé ce dimanche sa démission et son retrait de la vie politique pour raisons personnelles. Il avait remis sa démission ce dimanche au président du Parlement européen David Sassoli.

La procédure judiciaire suit son cours. Des poursuites pénales ne pourraient être engagées qu’après la levée de l’immunité diplomatique et parlementaire des trois personnes concernées, dont Jozsef Szajer, par les instances compétentes.

Depuis la confirmation de l’information par le Parquet de Bruxelles, le Parlement européen n’a pas encore réagi. Mais un porte-parole du Parlement indiquait ce week-end : "Si les faits devaient être établis et punissables au plan administratif ou autre par les autorités locales ou nationales, il reviendrait à ces autorités de décider des sanctions potentielles".

3 images
Jozsef Szajer, tout à droite, aux côtés de Jose Manuel Barroso et Martin Kamp en Hongrie en mars 2010 © Tous droits réservés

Parcours de Jozsef Szajer

Jozsef Szajer a été l’un des membres fondateurs du parti de droite Fidesz de Viktor Orban en 1990. Il a été le chef parlementaire du parti entre 1994 et 2002. Il a ensuite occupé le poste de vice-président du parti jusqu’à son élection au Parlement européen en 2004. Il y est devenu vice-président en chef du Parti populaire européen et membre de la commission des affaires juridiques du Parlement européen.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK