Une vie meilleure est possible pour 65 millions d'épileptiques

L'Union européenne a approuvé un nouveau médicament que le groupe pharmaceutique belge UCB a conçu pour lutter contre l'épilepsie. Le Briviact est une évolution des traitements actuels, lesquels restent sans effet pour un malade sur trois.

Et c'est cette frange même d'épileptiques que vise prioritairement ce médicament. Le Briviact est le résultat d'une dizaine d'années de recherche et de développement chez UCB. Une équipe de la RTBF a pu entrer exceptionnellement sur le site de Braine-l'Alleud.

Coulisses de la mise sur le marché d'un nouveau médicament

Nous faisons un premier arrêt dans les coulisses, le long des chaînes de conditionnement des médicaments. Là, ce sont des milliards de comprimés qui sont emballés chaque année. 50 000 boîtes par jour. Mais avant de devenir un médicament, le nouveau comprimé contre l'épilepsie aura cheminé pendant 10 à 15 ans.

Nous nous rendons dans les bâtiments de recherche et développement de la firme, c'est là que l'odyssée du "Briviact" a commencé. La chimiste Bénédicte Lallemand, qui a trouvé la précieuse molécule, nous explique que cela paraît simple au premier abord mais qu'en fait, il a fallu passer au peigne fin près de 12 000 composés chimiques avant de mettre la main sur celui qui serait efficace. Pour y arriver, les biologistes , les chimistes et les pharmaciens ont dû mettre leurs compétences en commun.

15 ans de recherche et un milliard d'euros d'investissement

Un cheminement très long et très coûteux, les responsables d'UCB Biopharma, avancent le chiffre d'un milliard d'euros d'investissement. Il faut dire que la molécule doit devenir pilule, une transformation encore réalisée sur le même site dans des ateliers sous très haute sécurité. L'étape est cruciale dans la mise sur le marché d'un nouveau médicament, il faut la tester sur l'homme. Cléo Ricci, directeur des opérations le confirme: "Nous avons dû faire 52 études cliniques et 212 études pré-cliniques sur six mille patients"

Un nouvel anti-épileptique: une bonne nouvelle, pas une révolution

L'épilepsie est un dysfonctionnement électrique des neurones dans une partie du cerveau. La maladie se manifeste par des crises et des convulsions et touche près de 70 000 belges. Mais il y a un problème, un malade sur trois résiste à tous les traitements qui existent. Chez UCB Biopharma, on espère révolutionner la prise en charge de cette maladie.

Un optimisme que le neurologue et chef de clinique à l'hôpital universitaire Erasme,  Benjamin Legros, tempère. "Il existe une foule d'anti-épileptiques et aucun n'a réussi à libérer de toutes crises, mais l'arrivée de ce nouveau médicament reste une bonne nouvelle, il y a des patients qui vont répondre, il y en a qui vont avoir une amélioration de la qualité de vie et une diminution de la fréquence des crises et d'autres une diminution des effets secondaires."  

Quoiqu'il en soit, le Briviact sera produit chez nous et devrait être distribué dans quarante pays du monde. Il devrait arriver dans nos pharmacies avant la fin de cette année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK