Une tumeur au cerveau due à l'usage intensif du GSM

Innocente Marcoline: une première en Europe, on reconnaît qu'un cancer est dû à l'usage intensif du GSM
2 images
Innocente Marcoline: une première en Europe, on reconnaît qu'un cancer est dû à l'usage intensif du GSM - © RTBF

Innocente Marcolini a gagné un grand combat dans son pays, en Italie: il a réussi à faire reconnaître que la tumeur qu'il avait au cerveau était due, entre autres, à l'usage intensif de son GSM. Il est venu témoigner à Bruxelles, au Parlement européen.

C'est la Cour de cassation italienne qui a établi ce lien dans un verdict qu'elle a rendu en octobre dernier. C'était une première en Europe. Aujourd'hui, Innocente Marcolini voyage pour sensibiliser le maximum de monde aux dangers des téléphones portables.

La tumeur d'Innocente Marcolini était bénigne. On a pu la lui enlever. Mais il lui reste des séquelles. Une paralysie partielle du visage et une douleur constante, 24h sur 24.

La cour de cassation italienne l'a déclaré invalide à 80%. Et elle a reconnu que c'est, entre autres, l'utilisation du GSM qui est à l'origine de ses problèmes: "Dans ces dernières 11 ou 12 années j'ai passé 5 ou 6 heures par jour au téléphone surtout le téléphone cellulaire", explique cet ancien cadre italien.

Le jugement va sans doute faire jurisprudence en Italie, 20 cas similaires font l'objet de plaintes.

Des eurodéputées appellent à la prévention face au risque "démontré" de tumeurs

Les eurodéputées Frédérique Ries (MR) et Michèle Rivasi (Verts français) ont appelé mercredi à "légiférer de toute urgence" face au risque "démontré" de tumeurs lié à l'utilisation excessive d'un téléphone portable.

Pour les deux députées, cet arrêt doit amener l'Europe à revoir sa législation. "Il est aberrant de constater que les limites d'exposition aux champs électromagnétiques tant pour les antennes-relais que pour les téléphones portables n'ont pas été modifiées dans l'Union européenne depuis 1999. Cela alors qu'un nombre de plus en plus important d'études ont prouvé que l'exposition répétée aux ondes électromagnétiques peut entrainer des risques de cancers ou de sérieux problèmes psychologiques", a commenté Frédérique Ries.

"M. Marcolini aurait pu éviter sa maladie s'il avait été mieux averti des dangers qu'il courrait en passant plusieurs heures par jour le téléphone mobile vissé sur son oreille, dans le cadre de son travail", a renchéri sa collègue française. "Nous savons maintenant qu'il existe un risque élevé de tumeur des nerfs crâniens pour les utilisateurs intensifs de téléphone portable. Il faut que cela se sache, par le biais de campagnes d'information officielles émanant des responsables de santé publique de tous les Etats membres".

"Le risque de tumeurs de cerveau a été démontré. Dorénavant, ce n'est plus le principe de précaution qui s'applique, mais le principe de prévention", a ajouté l'écologiste.

Les deux députées appellent la Commission européenne à légiférer "de toute urgence", à l'image de ce qui a été fait pour le tabac et l'amiante. "C'est une possible catastrophe sanitaire d'ampleur qui nous attend d'ici quelques années si nous ne faisons rien", estime Michèle Rivasi.

Belga et Daphné Van Ossel 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK