Une tonne et demi d'ivoire réduite en poudre devant le musée de Tervuren

Depuis 1990, le commerce de l'ivoire est interdit. Et pourtant, chaque jour, 100 éléphants sont encore tués illégalement.

L'ivoire est détruit à l'aide d'une broyeuse destinée initialement "à la destruction du ciment et du béton", explique Joëlle Smeets, du Service public fédéral Santé publique, en précisant que "l'ivoire est une matière extrêmement résistante".

L'ivoire émietté sera gardé temporairement, puis distribué vers des écoles d'art, l'objectif étant "d'organiser un grand concours afin de réaliser des sculptures symboliques qui seraient exposées dans des endroits appropriés, comme le hall d'arrivée de l'aéroport de Zaventem", explique-t-elle.

En moyenne, 150 kilos d'ivoire sont confisqués dans cet aéroport chaque année. "Ce matériau a du succès, mais pas sur le territoire européen", précise Joëlle Smeets, en ajoutant que "les principaux consommateurs sont asiatiques". L'ivoire y est utilisé comme objet de décoration qui "montre que son propriétaire possède un certain standing".

Ces objets ne font donc que passer par Zaventem, "point de transit obligé entre les vols qui partent d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale avec l'Asie pour destination", dit-elle.

Ces 10 et 11 avril, l’Union européenne discutera justement de nouvelles mesures destinées à combattre le commerce illégal d’animaux et de plantes sauvages.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK