Une suppression des suppléments d'honoraires pas possible, selon le secteur hospitalier

Une suppression des suppléments d'honoraires pas possible, selon le secteur hospitalier
Une suppression des suppléments d'honoraires pas possible, selon le secteur hospitalier - © Tous droits réservés

Une suppression des suppléments d'honoraires, comme le recommande mercredi la Mutualité chrétienne (MC) sur base de son dernier baromètre sur le sujet, n'est pas possible à court terme, réagit le secteur hospitalier. Santhéa, la coupole francophone des établissements de soin, et son pendant flamand Zorgnet-Icuro se demandent ainsi comment une telle mesure serait soutenable "sans une injection de beaucoup de moyens publics supplémentaires ou une réduction drastique des revenus des médecins".

D'après le baromètre de la MC, une chambre d'hôpital individuelle coûte en moyenne 639 euros en suppléments d'honoraires, soit près de 10% en plus qu'il y a un an. Ceux-ci "ne sont qu'un élément dans un financement complexe des hôpitaux", selon les deux organisations. "Cela fait partie d'un tout. On ne peut pas avoir un élément isolé sans détricoter l'ensemble", renchérit Yves Smeets, directeur général de Santhéa.

Une réforme en profondeur de l'ensemble du système s'impose d'urgence depuis des années, estime encore le secteur hospitalier. "On se débat dans une situation très très compliquée et le secteur est tout à fait à la corde. Il ne suffit pas de dire qu'on va réformer. Il y a un problème de moyens, qui nous empêche d'aller plus loin", explique encore Yves Smeets. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK