Une start-up belge recycle les plastiques usagés pour en faire des lunettes de soleil personnalisées

Chaque année, le monde produit le poids de l’humanité en tonnes de plastiques. Seul un très petit pourcentage est recyclé, le plus gros finit dans les océans, si bien qu’en 2050, il y aura plus de plastique que de poissons. Faute de pouvoir aujourd'hui récupérer ce plastique, Sebastiaan De Neubourg, patron de la société belge WR Yuma, veut tout faire pour qu'il ne se retrouve pas dans les océans.

Comment? En le recyclant: "Nous récupérons des déchets de plastique comme des tableaux de bord de voiture, des bouteilles de soda ou des pièces de frigo et on les transforme en lunettes de soleil, en utilisant une imprimante 3D. L'idée, ce n'est pas seulement de faire des lunettes mais c'est surtout de s'assurer que le plastique soit recyclé."

Grâce à l'imprimante 3D, la start-up peut produire jusqu’à 8 paires par heure. "Nous avons voulu fabriquer des lunettes de soleil parce qu’aujourd’hui, c’est l’icône du cool. Et quand vous les portez, vous regardez le monde avec un autre regard. C'est ça le message. Je veux inspirer aux gens un autre regard sur les déchets".

Depuis mercredi, une campagne de vente en ligne est lancée. Le prix: de 70 à 850 euros pour un modèle 100% personnalisé. 

Ultime ambition de cette entreprise belge: l’année prochaine, elle veut se rendre sur le site de grands festivals comme Tomorrowland, imprimante sous le bras. Le but: récupérer les gobelets usagés, et donner un nouveau look aux festivaliers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK