Une rescapée du Vel d'Hiv assassinée à Paris: deux suspects inculpés pour meurtre à caractère antisémite

Le parquet de Paris a ouvert lundi une enquête pour "assassinat" après la mort vendredi d'une octogénaire juive à Paris, retenant le caractère antisémite pour ces faits, a-t-on appris de source judiciaire.

 Deux suspects ont été inculpés et écroués pour "homicide volontaire" à caractère antisémite par la justice française dans l'enquête sur le meurtre vendredi à Paris de Mireille Knoll, une octogénaire juive, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Les suspects ont notamment été inculpés pour homicide volontaire en raison "de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion" et placés en détention provisoire, a précisé cette source.

Le corps de Mireille Knoll, 85 ans, qui avait échappé de peu à la plus grande rafle de juifs en France durant la Seconde guerre mondiale, a été retrouvé en partie carbonisé vendredi en début de soirée dans son appartement parisien où elle vivait seule.

Les pompiers avaient été alertés par une voisine après le début de l'incendie. Les policiers se sont rapidement orientés vers la piste criminelle, après la découverte de plusieurs départs de feu dans l'appartement, puis de traces de coups de couteau sur le corps de la victime.

"J'exprime mon émotion devant le crime épouvantable commis contre Mme Knoll. Je réaffirme ma détermination absolue à lutter contre l'antisémitisme", a réagi mardi sur Twitter le président Emmanuel Macron.

Le premier suspect, né en 1989 et connu des services de police pour des affaires de viol et d'agression sexuelle, est un voisin qui avait l'habitude de rendre visite à la victime et était passé dans son appartement dans la journée. Le second, âgé de 21 ans et connu pour des vols avec violences, se trouvait également dans l'immeuble de Mme Knoll le jour du meurtre.
 

Mireille Knoll, parisienne, de confession juive, avait échappé à la rafle du Vel d’hiv en 1942 et épousé un rescapé de la Shoah, rappelle le Parisien. L’octogénaire, qui vivait modestement dans cet immeuble HLM depuis des années, souffrait de la maladie de Parkinson, se déplaçait difficilement et bénéficiait d’une garde-malade.

Les policiers se sont rapidement orientés vers la piste criminelle, après la découverte de plusieurs départs de feu dans l'appartement et de traces de coups de couteau sur le corps de la victime, selon une source proche du dossier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK