Une plaque d'immatriculation belge COVID-19 autorisée par le SPF Mobilité et Transports

Non, ce n'est pas un fake: un automobiliste belge a bien immatriculé son véhicule, un SUV Mercedes, COVID-19. Le SPF Mobilité et Transports confirme l'information à la RTBF et cette photo qui a circulé sur les réseaux sociaux"Oui, une plaque d'immatriculation personnalisée COVID-19 a bien été demandée et obtenue", nous indique Charlotte van den Branden, porte-parole.

Cette demande n'a pas été refusée à l'automobiliste (repéré du côté de Gentbrugge en Flandre orientale), bien qu'elle porte sur un virus qui a fait plus de 350.000 décès dans le monde et paralysé pendant plusieurs semaines la quasi totalité du globe. Pourquoi? "Il n'y a rien de diffamant, de raciste ou d'homophobe dans ce cas-ci. Rien n'interdirait une personne d'immatriculer son véhicule GRIPPE. Donc, a priori, pas d'opposition à COVID-19. C'est un choix personnel qui n'est pas plus décalé que les plaques HI HI HI ou HA HA HA, qui existent vraiment".

Après le 11 mai

Cette demande a été effectuée après le 11 mai, au terme de la suspension par le SPF Mobilité et Transports des demandes de plaques personnalisées en raison du coronavirus. 

La plaque COVID-19 existant désormais, impossible pour un autre automobiliste en Belgique de la solliciter.

La presse en ligne s'était fait l'écho d'un cas similaire aux Etats-Unis, avec une Ford Mustang immatriculée COV1D19.

Rappelons qu'une plaque d’immatriculation personnalisée coûte 1000 euros. Depuis 2014, plus de 30.000 plaques personnalisées ont été demandées en Belgique. "Cela ne veut pas dire qu'il y en a 30.000 en circulation. Certaines ont peut-être été radiées depuis", précise le SPF. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK