Une jeune Strasbourgeoise appelle le SAMU, qui ne la prend pas au sérieux: elle décède quelques heures plus tard

Le 29 décembre 2017, une jeune Strasbourgeoise de 22 ans, Naomi, appelle le SAMU à cause de fortes douleurs. Au téléphone, Naomi arrive juste à dire qu'elle a très mal. L'opératrice ne la prend pas au sérieux, et la renvoie vers SOS Médecin, qui appelle alors le SAMU. La jeune femme décédera quelques heures plus tard à l'hôpital, où elle fait un arrêt cardiaque. 

Voici la retranscription de l'enregistrement de la conversation, originellement publié par Hebdi, magazine alsacien.

- "Oui, allô !
- Allô... Aidez-moi, madame...
- Oui, qu'est-ce qui se passe?
- Aidez-moi...
- Bon, si vous ne me dites pas ce qu’il se passe, je raccroche…
- Madame, j’ai très mal...
- Oui ben, vous appelez un médecin, hein, d'accord? Voilà, vous appelez SOS médecins.
- Je peux pas.
- Vous pouvez pas ? Ah non, vous pouvez appelez les pompiers, mais vous ne pouvez pas...
- Je vais mourir.
- Oui, vous allez mourir, certainement, un jour, comme tout le monde.
- Vous appelez SOS médecins, c'est 03 88 75 75 75, d'accord ?
- S'il vous plaît, aidez-moi madame...
- Je peux pas vous aider, je ne sais pas ce que vous avez.
- J'ai très mal, j'ai très très mal.
- Et où ?
- J'ai très mal au ventre (...) et mal partout.
- Oui, ben, vous appelez SOS médecins au 03 88 75 75 75, voilà, ça je ne peux pas le faire à votre place. 03 88 75 75 75. Qu'un médecin vous voie, ou sinon vous appelez votre médecin traitant, d'accord? 
- D'accord [difficilement audible].
- Au revoir."

L'autopsie de la jeune femme, cinq jours après son décès, révèle qu'elle est morte suite des défaillances multiviscérales, c'est-à-dire que plusieurs de ses organes se sont arrêtés de fonctionner.

Les hôpitaux universitaires de Strasbourg ont déclaré dans un communiqué avoir ouvert une enquête administrative, et la direction a reçu la famille ce 3 mai. La famille a, selon nos confrères français de France 3 Grand Est, écrit au procureur de la République de Strasbourg, pour demander l'ouverture d'une enquête judiciaire.

Naomi aurait-elle pu être sauvée si l'opératrice avait envoyé directement une ambulance? La question se pose, vu le comportement de l'opératrice au téléphone.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK