Une femme prend les commandes de la Cour de Cassation

La Cour de Cassation fait sa rentrée ce lundi 2 septembre. Et pour la première fois, celle-ci se fera sous la présidence d'une femme : Beatrijs Deconinck. Âgée de 64 ans, elle est entrée à la Cour de Cassation comme conseillère en 2006. Désormais, elle est la gardienne des règles 

Diplômée de l’Université de Gand, Beatrijs Deconinck a exercé durant une dizaine d’années la profession d’avocat au barreau d’Ypres. Elle rejoint ensuite la magistrature en 1990.D’abord au tribunal civil de Furnes, puis 5 ans plus tard à la Cour d’appel de Gand.


►►► À lire: Une femme au plus haut-grade de la magistrature


 

Collégialité 

Elle y restera une dizaine d’années avant de rejoindre de la Cour de Cassation une instance où la collégialité est la règle. " Ici, c'est une des salles où on délibère, explique Beatrijs Deconinck. Quand on travaille sur des dossiers, on est seul au début mais après on délibère à 5 normalement. Donc c’est un travail d’équipe, avec l’apport de chacun. Ceci par exemple est une décisions traitée par une autre Chambre pour pouvoir la traiter plus vite. 

La nouvelle présidente de la Cour de Cassation est réputée pour ses connaissances en matières civiles. C’est aussi une spécialiste du droit européen. Un atout dans un contexte où les recours à Strasbourg se multiplient.

Réduire les délais de procédure

" Il faut donc contrôler les arrêts des Cours d’appels et les jugements des tribunaux. Tant en matières pénale que sociale, en droit judiciaire, en matières économiques ou dans toutes les matières qu’on veut. "

Dans ses fonctions managériales, Beatrijs Deconinck entend aussi tout faire pour réduire au minimum les délais de procédure. Une priorité dans un contexte où la justice manque cruellement de moyens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK