Une étude montre comment Facebook influence les opinions politiques

Vous faites peut-être partie des 2,3 milliards utilisateurs mensuels de la plateforme américaine. Si c'est le cas, attention, vous êtes plus sujet aux problèmes d'addiction, de dépression...et de polarisation politique. C'est en tout cas ce que nous rapporte une étude publiée par les universités de Stanford et de New York. 

Nous sommes en 1996, Bill Clinton est réélu président des Etats-Unis. A cette époque, Facebook n'existe pas encore, pas plus que les smartphones. Cela fait 23 ans, les polarisations politiques étaient deux fois moins importantes qu'aujourd'hui. Autrement, dit, la population avait une vision beaucoup moins manichéenne du monde. L'arrivée du réseau social pourrait en être une des causes. 

Quatre semaines sans Facebook

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont sélectionné 2800 utilisateurs de Facebook. La première moitié d'entre eux a continué à utiliser le réseau social, alors que la seconde moitié s'est déconnectée. Après quatre semaines d'expérience, le groupe déconnecté est apparu moins informé sur l'actualité, mais les membres de ce groupe sont apparus moins radicaux, moins tranchés dans leurs opinions et leur degré de polarisation sur une série de sujets politiques a diminué. 

La raison de ces conclusions étonnantes viennent de l'essence même du réseau social. Facebook incite à prendre position dans des débats, encourage les commentaires, et provoque chez l'utilisateur le sentiment qu'il doit se positionner. Il aurait en plus tendance à renforcer ses convictions, par la consultation de comptes qui partagent ses opinions... 

Amélioration du bien-être

Autre aspect de ces recherches, les participants qui ont accepté de mettre leur compte Facebook entre parenthèses ont également constaté une légère amélioration de leur bien-être. 

A l'issue de l'étude, ils ont d'ailleurs réduit leur consultation des réseaux sociaux de façon durable. Paradoxe, 5 % des participants ont été plus radicaux, ils n'ont pas réactivé leur compte.  

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK