Une étude dénonce l'utilisation excessive du spray nasal en vente libre

Une étude dénonce l'utilisation excessive du spray nasal en vente libre
Une étude dénonce l'utilisation excessive du spray nasal en vente libre - © Tous droits réservés

Les résultats d'une étude, menée conjointement par les universités de Gand et de Liège et dévoilée mardi, démontrent que près de la moitié des patients suivis qui ont fait usage d'un spray décongestionnant pour guérir leur inflammation nasale, l'ont utilisé quotidiennement durant une année.

"Persistent rhinitis (congestion nasale de longue durée, ndlr) peut être efficacement traitée à l'aide de corticoïdes", explique Dr. Philippe Gevaert, de l'UZ Gent. "Ils sont uniquement disponibles sur prescriptions et agissent au bout de plusieurs jours. Mais les patients peuvent également se procurer des sprays nasaux en vente libre. Leur utilisation prolongée peut mener à une rhinitis medicamentosa, ou rhinite médicamenteuse: le nez se met alors à couler à nouveau et le patient prolonge encore l'usage du pulvérisateur. C'est un cercle vicieux."

Les chercheurs ont interrogé 8250 clients parmi 181 pharmacies belges. Quelque 895 patients ayant été atteint de congestion nasale sur une durée de 4 jours jusqu'à 4 semaines, ont été finalement sélectionnés. "La moitié de ces personnes utilise le spray nasal de façon excessive. Soit en moyenne chaque jour durant un an", explique Dr. Gevaert. "Normalement, l'utilisation est limitée à 7 jours."

A la recherche d'une solution rapide, trop peu de patients demandent l'avis de leur médecin, selon les chercheurs.

Le Dr. Gevaert recommande notamment l'interdiction des publicités pour ces pulvérisateurs. "Nous devons également réguler l'achat des sprays de manière intelligente", conclut le chercheur de l'UZ Gent.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK