Fuites de questions du CESS: une partie de l'examen d'histoire annulée

Des questions des examens du CESS ont été dévoilées sur Facebook et partagées par les élèves depuis ce week-end. Des consignes destinées aux professeurs se sont également retrouvées sur internet. Des lors, la ministre de l’Éducation a préféré annuler purement et simplement l'épreuve concernée. L'annulation de l'épreuve externe d'histoire ne porte cependant que sur la compétence 3 qui teste la capacité de "synthétiser" un thème. L'évaluation des trois autres compétences en histoire n'est pas concernée par cette annulation, a précisé la ministre Milquet.

"Suite à la divulgation, sur les réseaux sociaux, de l’ensemble de l’épreuve d’histoire qui devait avoir lieu demain (mardi) concernant la compétence 3 ("synthétiser") un thème sur la base d’un portfolio de documents remis normalement lors de l’épreuve), la ministre de l’Éducation, Joëlle Milquet, dénonce l’irresponsabilité des auteurs de ces fuites et annonce que l’épreuve externe d’histoire sur la compétence 3 de demain est annulée". Voici le début du communiqué de Joëlle Milquet, ministre de l’Éducation, reçu ce lundi soir par notre rédaction.

"La participation à cette partie de l’épreuve d’histoire de ce mardi 16 juin 2015 était obligatoire pour les élèves inscrits en 6e générale et 6e technique/artistique de transition. Cette partie externe commune consistait en la rédaction d’une synthèse sous la forme d’un texte au départ d’une question et d’un dossier documentaire inédit portant sur une thématique liée aux problèmes et enjeux de notre temps", précise encore le communiqué .

Un extrait au moins de ces examens externes a circulé sur la Toile. Il s'agit d'une page de l'examen d'histoire du CESS. Une épreuve que tous les rhétoriciens francophones doivent passer ce mardi matin. Normalement, les copies sont censées être sous scellées jusque-là. Mais la photo circule sur les réseaux sociaux depuis ce weekend. 

Une photo issue du carnet de consignes destiné aux enseignants s'est également retrouvée partagée. Des consignes qui n'ont rien à faire non plus sur Internet.

Anormal et embarrassant, réunion de crise du cabinet Milquet

Des fuites qui créent l'embarras au cabinet de la ministre de l'enseignement. Une réunion de crise autour de la ministre Milquet a d'ailleurs été organisée suite à laquelle la décision d'annulation a été prise.

On y juge la situation extrêmement problématique. Car des clauses de confidentialité doivent être respectées dans ces épreuves externes. Dans un premier temps, le cabinet estimait que les photos qui circulent n'auraient pas d'incidence sur le déroulement de l'épreuve. Le travail de l'élève consistant à puiser ses réponses dans des documents, qui eux n'avaient pas fuité, pensait-on.

Ce qui s'est avéré faux. Les documents sur base desquels les élèves auraient dû travailler circulaient en fait également sur les réseaux sociaux. Des documents que notre rédaction a également pu se procurer.

Joëlle Milquet annonce par ailleurs qu’elle déposera plainte contre X sur la base de la violation du secret professionnel. Elle exigera de l’administration, par ailleurs, l’organisation d’autres méthodes de transmission désormais sécurisées, a-t-on également appris via communiqué du cabinet de la ministre.

Les réactions ont fusé

En soirée, peu de temps après le communiqué de la ministre de l’Enseignement, les critiques se sont succédé. Au nom d'Ecolo, Christos Doulkeridis a demandé une réunion d'urgence de la commission Éducation. Pour les syndicats CSC et CGSP, l’annulation de l'épreuve d'histoire de mardi est "bonne décision" en vue de maintenir l'équité entre les élèves. "Pour organiser des épreuves communes externes, il faut tout mettre en œuvre pour empêcher la triche. C'est inquiétant de voir la manière dont on gère cela", indique Raymond Marchand de la CSC Enseignement. Pour lui, la "crédibilité du système" est remise en cause.

Circulaire annulant l'épreuve d'histoire

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK