Une école pousse ses élèves à arrêter de fumer

L'industrie du tabac cherche toujours à séduire les jeunes
L'industrie du tabac cherche toujours à séduire les jeunes - © BRUNO ARNOLD - BELGA

Trop de jeunes fument et sont accros à la cigarette. Une école à Charleroi a décidé de demander l'aide d'un tabacologue pour aider ses élèves à arrêter de fumer.

Une fois par semaine, le tabacologue Martial Bodo se rend à l'école des "Aumôniers du travail" de Charleroi, pour faire passer des tests de dépendance à la cigarette aux élèves. Dans cet établissement scolaire, on a décidé de mettre l’accent sur la prévention pour aider les jeunes à faire face aux dangers du tabac.

Le questionnaire porte sur des questions telles que la durée entre le réveil et la première cigarette ou le nombre de cigarettes fumées sur une journée. En moyenne un élève de l’établissement sur cinq fume, certains de 20 à 30 cigarettes par jour, plus d’un paquet et demi.

"C’est assez affolant ! Pourquoi autant de cigarette sur une journée et avec une telle fréquence ?", déplore Martial Bodo.

"Pour un adulte qui arrête de fumer ou qui en meurt, ils doivent recruter un nouveau consommateur parmi les jeunes"

L’un des jeunes, Dorian, fumait beaucoup mais il a arrêté il y a deux mois avec l'aide du tabaccologue : "Je ne savais pas passer deux heures sans fumer, sentir le manque me dérangeait". Le jeune homme confie: "C’est l’envie de fumer qui m’a donner envie d’arrêter".

Les jeunes dépendants de la cigarette, c'est une clientèle assurée pour les cigarettiers qui doivent renouveler régulièrement leur stock de consommateurs. "Pour un adulte ou qui arrête de fumer ou qui en meurt, ils doivent recruter un nouveau consommateur parmi les jeunes. Et donc ce n'est pas par hasard que l'on voit que la cible se situe entre 12 et 16 ou 18 ans, pour relancer à nouveau un consommateur qui va faire une carrière dans le tabagisme pour 20,30, 40 ans."

Plus vite la nicotine arrive au cerveau, plus vite le fumeur sera dépendant. D'où ces petites stratégies pour rendre la nicotine plus efficace. Dans le passé, des études ont révélé la présence d'additifs dans la cigarette, qui amélioraient le rendement de la nicotine. Aujourd'hui, une étude américaine semble montrer que si le taux de nicotine n'a pas augmenté depuis 1999, le taux d'absorption par le corps humain, semble, par contre, 15% plus élevé.

Selon Jan Tytgat, toxicologue à la KU Leuven, ce serait dû aux performances du filtre, qui filtrerait beaucoup plus efficacement les substances cancérigènes qu'auparavant, mais pas la nicotine.

Lucie Dendhoven avec Grégoire Ryckmans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK