Une campagne de pub interdite dans plusieurs villes américaines à cause du mot "Vagin"

Une campagne de pub interdite dans plusieurs villes américaines à cause du mot "Vagin"
3 images
Une campagne de pub interdite dans plusieurs villes américaines à cause du mot "Vagin" - © Tous droits réservés

Pas la peine de les citer, les petits noms qui désignent le sexe féminin sont légion. Pourtant, une entreprise américaine a vu ses affiches publicitaires interdites dans plusieurs villes des Etats-Unis pour avoir simplement utilisé le terme "Vagin".

Mettre un bébé au monde peut être un grand chambardement pour le corps de femmes. "Uriner brûle et s'asseoir comme une personne normale devient une réalisation herculéenne", témoigne Chelsea Hirshhorn, la CEO de l'entreprise interrogée par le site américain Today. Des problèmes liés directement à la vie après accouchement et desquels il faut parler selon la jeune femme.

C'était sans compter sur une campagne de publicité de la marque pour l'un de ses produits : le "Fridet: the MomWasher", un pulvérisateur post-partum, conçu pour aider les jeunes maman à faire leur toilette intime après l'accouchement. Cette campagne promotionnelle visait a afficher le slogan équivoque de la marque "Faites-nous confiance, votre vagin vous remerciera", en lettres capitales dans les villes américaines.

Certaines villes réagissent, la PDG aussi

Après avoir envoyé la maquette de son affiche aux entreprises d'affichages de plusieurs municipalités américaines dans de grandes villes comme New-York et Los Angeles comme dans de plus petites villes, l'entreprise a reçu des réponses inattendues. Certains responsables de l'affichage ont répondu à la demande de la marque en déclarant que l'utilisation du mot vagin pouvait créer la controverse ou être offensant.

"Nous la prenons si vous changez le mon "vagin" en "corps" ou quelque chose de similaire", a par exemple répondu l'une d'elle alors qu'une autre demande purement et simplement de ne pas utiliser le mot vagin. Des recommandations qui ont fait bondir Chelsea Hirschhorn de la marque qui a regretté qu'on n'ait "toujours pas le droit de discuter franchement des problèmes liés à l'accouchement".

"Choquée et attristée", elle n'a d'ailleurs pas hésité à partager les mails qu'elle avait reçues afin de sensibiliser à la problématique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK