Une application pour détecter la jaunisse chez les nouveau-nés et leur sauver la vie

La photothérapie pour soigner des bébés atteints de jaunisse le 30 novembre  2017 dans un hopital de  Villeurbanne
La photothérapie pour soigner des bébés atteints de jaunisse le 30 novembre 2017 dans un hopital de Villeurbanne - © JEFF PACHOUD

Une application pour smartphones qui analyse les yeux des nouveau-nés pourrait bientôt permettre d’identifier, à faible coût, les cas de jaunisse qui nécessitent un traitement, ont rapporté des scientifiques lundi.

La jaunisse, ou ictère, fait jaunir la peau et le blanc des yeux. La maladie tue 114.000 nourrissons par an et en handicape 178.000.

Une nouvelle étude pilote, dirigée par des chercheurs au Royaume-Uni, pourrait éviter beaucoup de ces décès, qui surviennent aux trois quarts en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

"Dans de nombreuses régions du monde, les sages-femmes et les infirmières évaluent la jaunisse à l’œil nu. Ce n’est pas fiable, surtout pour les bébés à la peau foncée", a expliqué le chercheur principal de l’étude Terence Leung, du département de physique médicale et d’ingénierie biomédicale de l’University College London (UCL).

Pertes auditives, paralysies cérébrales ou troubles cognitifs

"Notre méthode, basée sur l’utilisation de smartphones, fournirait une évaluation plus rigoureuse, garantissant que les cas graves ne passent pas inaperçus. Nous attendons encore les résultats d’une étude plus poussée, mais nous croyons que cette technique pourrait aider à prévenir la mort de nouveau-nés dans le monde entier", a-t-il déclaré.

La jaunisse est causée par une accumulation d’un composé jaune appelé bilirubine, qui est produit lors de la dégradation normale des globules rouges.

La plupart des cas sont bénins, mais parfois, une forme neurotoxique de bilirubine peut pénétrer dans le cerveau, entraînant la mort ou des invalidités comme des pertes auditives, des paralysies cérébrales ou des troubles cognitifs.

Les nouveau-nés qui montrent des symptômes de jaunisse peuvent être soumis à des tests sanguins à l’hôpital, mais la maladie survient parfois plusieurs jours après la naissance, quand le bébé est déjà de retour à la maison.


►►► À lire aussi : coronavirus : qui est testé en Belgique ? Et quels sont les critères ?


Dans le cadre de l’étude, 37 nourrissons qui s’étaient fait prescrire des prélèvements sanguins ont été photographiés à l’aide de smartphones. Les images ont ensuite été traitées pour éliminer les erreurs liées à la lumière ambiante, et le jaunissement des yeux a été quantifié pour prédire les niveaux de bilirubine.

Ces projections ont ensuite été comparées aux résultats des tests sanguins. L’algorithme avait identifié correctement tous les cas qui nécessiteraient normalement un traitement, et 60% des cas qui n’en exigeraient pas.

Ce taux de réussite est comparable aux appareils d’analyse portatifs qui sont actuellement recommandés par les sages-femmes et qui coûtent plus de 6000 dollars.

La nouvelle méthode de détection est maintenant en train d’être testée au Ghana, dans le cadre d’une étude sur plus de 500 bébés.