Un voyageur belge sur 14 revient d'Espagne avec le Covid: faut-il interdire ces voyages?

Ça a été un des éléments fréquemment avancés pour expliquer la reprise des cas de Covid-19 détectés en Belgique au début juillet : de nombreux Belges se font tester pour voyager, et parmi eux certains asymptomatiques sont ainsi détectés alors qu’ils ne l’auraient pas été sans cela.

Mais ça n’était toutefois qu’une toute partie de l’explication : la hausse des cas détectés s’est poursuivie (+86% en une semaine) alors que le nombre de tests a commencé à plafonner. Et selon le rapport épidémiologique de Sciensano, le taux de positivité des candidats voyageurs reste très bas.

2 images
© Sciensano

Par contre, le taux de positivité augmente très fort chez les personnes symptomatiques, ainsi que parmi les contacts des cas positifs. Mais il monte aussi pour les tests de RETOUR de voyage. Depuis avril, ce taux ne faisait que baisser, passant de 2,9 à 1,3 pour passer à 1% seulement de tests positifs en juin.

Mais il vient de remonter en flèche : pour la période du 5 au 11 juillet, 16.454 tests ont été effectués, parmi les 187.275 voyageurs de retour de zone rouge, ayant rempli un PLF (Passenger Locator Form). Et 4,6% de ces tests se sont avérés positifs, un taux plus de quatre fois supérieur à celui de juin.


Lire aussi : Coronavirus en Espagne : quelle est la raison de la flambée des contaminations ?


La provenance principale de ces voyageurs était l’Espagne, devant la France et la Grèce. Et c’est aussi la zone où l’on observe justement le plus de tests positifs : pas moins de 7% des voyageurs revenant d’Espagne et ayant rempli leur PLF ont été contaminés, soit près d'un voyageur belge sur 14. C’est beaucoup plus que le pourcentage global de tests effectués dans notre pays, dont 2% seulement sont positifs. Et c’est même plus que le nombre de voyageurs positifs au retour du Royaume-Uni (3,4%), qui est pourtant le pays d’Europe où le virus circule le plus en ce moment.

Et ceci ne vaut que pour les voyageurs qui ont bien rempli leur PLF et se sont fait tester ! Or, on sait que de nombreux voyageurs en voiture ne le font pas, une situation qui inquiète l’épidémiologiste Geert Molenberghs, qui réagit à ces chiffres dans le Nieuwsblad.

" Il s’agit d’un pourcentage élevé et d’un volume élevé de voyageurs infectés. L’Espagne met tous les autres pays en danger " commente-t-il. Selon lui, l’afflux peut faire dégénérer l’épidémie dans notre propre pays. " Nous avons besoin d’une interdiction de voyager ", déclare même Molenberghs à nos confrères….

Sur le même sujet

JT 09/07/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK