Un violent accident sur la E40 relance le débat sur les dashcams

Un violent accident survenu sur la E40 a été enregistré par la dashcam d'un camion
Un violent accident survenu sur la E40 a été enregistré par la dashcam d'un camion - © youtube

Les images font froid dans le dos : un violent accident survenu sur l'E40 a été enregistré par la dashcam d'un camion. La vidéo a été consultée par des milliers d'internautes une fois publiée sur internet. Aujourd'hui ces caméras embarquées deviennent un véritable phénomène, et les assureurs y voient un bon moyen de trancher les litiges et de réduire les frais et délais d’expertise. Devrions-nous en équiper nos voitures ? Sont-elles fiables à 100% ?

L'automobiliste s'est sortie de cet accident avec quelques fractures. Un miracle, diront certains, vu la violence du choc.

S'engageant à grande vitesse vers une sortie de l'autoroute E40, la vue de l'automobiliste était limitée par un camion avançant sur la première bande. Mais ladite sortie était presque à l'arrêt.

Résultat : la conductrice emboutit à toute vitesse et de pleine face l'arrête arrière-droite d'un camion, avant de se faire balayer par un autre camion, celui qui était équipé de la dashcam qui a tout enregistré. Personne n'aurait imaginé qu'elle survivrait.

Aujourd'hui, ces caméras suscitent l'intérêt des assureurs, qui y voient un bon moyen de définir les responsabilités et de diminuer les frais et les délais d’expertise. C'est aussi la raison pour laquelle de nombreux conducteurs s'en équipent, craignant souvent un blocage avec les assurances.

Mais les dashcams font aussi débat.

Les tribunaux accueillent par exemple les images avec prudence car elles peuvent s’avérer trompeuses, quand la police estime que ça simplifie sa tâche, tout en mettant en garde contre les dérives telles que la tentation de faire justice soi-même.

La Commission de la vie privée, elle, s’inquiète des conditions dans lesquelles les images sont diffusées. Dans ce cas-ci, la vidéo a été publiée sur un compte Facebook polonais, puis reprises un peu partout. Mais de telles images abondent par milliers, surtout en Chine et en Russie, posant question au niveau du respect de la victime, notamment.

Enfin l’IBSR voit la dashcam comme un bon moyen de prévention : les images YouTube nous font réfléchir, dit l'institut, et la caméra donne au conducteur le sentiment d’être davantage surveillé sur la route.

Reste que si, selon le porte-parole de la Fédération des assureurs Assuralia Wauthier Robijns, ces images "peuvent fournir des éléments de preuves supplémentaires", il précise que "comme tout élément de preuves qui peut être apporté, c'est aux parties de voir quel est l'usage qui peut en être fait".

RTBF