Un tiers des cancers de la gorge causé par le sexe oral. Oui, mais...

Michael Douglas avait affirmé que son cancer était dû à sa pratique du sexe oral
Michael Douglas avait affirmé que son cancer était dû à sa pratique du sexe oral - © Ethan Miller - BELGAIMAGE

Selon une information publiée par De Morgen et Het belang Van Limburg, de plus en plus de jeunes Belges sont touchés par un cancer de la gorge causé par le papillomavirus, responsable également des cancers du col de l’utérus.

Il y aurait chaque année une centaine de patients touchés. Carl Van Laer, chirurgien à l’UZ Anvers, explique ainsi que cela concerne surtout les jeunes dans la trentaine et la quarantaine.

Les jeunes filles peuvent être vaccinées contre le papillomavirus, responsable de cancers du col de l'utérus, mais ce vaccin ne concerne pas (encore) les garçons. De même, en Belgique, le papillomavirus est détecté par frottis lors d’une visiste gynécologique pour les filles. Mais rien n’est prévu pour les cancers de la gorge dus à ce virus…

Les papillomavirus peuvent également être à l'origine d'autres cancers : ils seraient responsables de 85% des cancers anaux et de 50% des cancers du vagin, de la vulve et du pénis, et d'environ 30% de la gorge dont 20% des cancers de l'oropharynx (la partie du pharynx située derrière la bouche) et 10% des cancers du système aérodigestif supérieur, indiquait l'Institut Pasteur son site info-hpv.fr.

La problématique des cancers de la gorge dus au sexe oral avait été mise sous le feu des projecteurs par l’acteur américain Michael Douglas il y a un an, quand il avait affirmé dans une interview que son cancer n’avait pas été provoqué par un excès d’alcool ou de tabac, mais bien par sa vie sexuelle.

Interrogé à l’époque par Lexpress.fr, un médecin spécialiste en ORL à l’institut Curie en France, Thomas Jouffroy, relativisait : "Le virus HPV a toujours existé. Seulement, avant, on ne cherchait pas ce type de cause. Depuis une dizaine d'années, les recherches se concentrent sur les liens entre sexe oral et cancers ORL dus à une MST. Les scientifiques ont commencé à s'interroger sur ce lien lorsqu'ils ont vu aux Etats-Unis une recrudescence de ce type de cancer chez des jeunes filles de 20-25 ans, qui ne fumaient pas et ne buvaient pas. L'évolution des pratiques sexuelles a été pointée du doigt: on a commencé à penser que la fellation pouvait favoriser les cancers de la gorge".

Il expliquait qu’une fois détecté, ce type de cancer se soignait plutôt bien. "Les symptômes sont une grosseur douloureuse dans la gorge, souvent d'un seul côté".

Et de préciser : "La quasi-totalité des adultes sexuellement actifs sont porteurs du virus HPV sans le savoir. Il faut des prédispositions génétiques ou des mutations locales pour que le virus déclenche un cancer".

Pas de quoi paniquer, donc.

J.C.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK