Un tiers des Américains ne croient pas à la théorie de l'évolution

Pour un Américain sur 3, l'homme n'a jamais ressemblé à un singe. il est arrivé sur Terre tel quel.
2 images
Pour un Américain sur 3, l'homme n'a jamais ressemblé à un singe. il est arrivé sur Terre tel quel. - © GEORGES GOBET - IMAGEGLOBE

Un tiers des Américains sont convaincus que les êtres humains "existent sous leur forme actuelle depuis l'origine", révèle une étude d'opinion. Ils ne croient donc pas à la théorie de l'évolution des espèces. Pourtant, critiquée et attaquée, parfois aussi pour de bonnes raisons, elle continue à prouver sa valeur.

Le centre de recherches Pew, qui a conduit ce sondage, précise qu'environ un quart des Américains pensent que "Dieu ou un être suprême a joué un rôle dans le processus d'évolution", tandis que 32% estiment que l'évolution est le fruit de "processus naturels".

Les résultats diffèrent peu de ceux de 2009, si ce n'est que les positions suivent davantage des lignes partisanes : quelque 54% des républicains et 64% des démocrates affirmaient croire, en 2009, à la théorie de l'évolution. Or, désormais seuls 43% des républicains et 67% des démocrates croient à l'évolution, soit 24 points d'écart. Environ 65% des sans-étiquette croient à l'évolution, un chiffre inchangé par rapport à 2009.

La théorie de l'évolution a fait ces dernières années l'objet d'un débat politique enflammé aux Etats-Unis, où les cours de sciences sont devenus des champs de bataille entre partisans d'un enseignement non religieux dans les écoles publiques et chrétiens fondamentalistes soutenant l'enseignement du "créationnisme".

Et les différences entre démocrates et républicains d'un point de vue ethnique ou religieux "n'expliquent pas toutes les différences partisanes", selon Pew. "Même en tenant compte de ces caractéristiques, les différences partisanes demeurent", selon le centre de recherches.

Pew a cependant relevé de fortes disparités entre groupes religieux. Deux-tiers des protestants évangéliques blancs ne croient pas à l'évolution, contre 78% des autres protestants blancs qui y croient. Près de sept catholiques blancs non hispaniques sur dix, et 53% des catholiques hispaniques, croient à l'évolution.

Trois Américains sur quatre qui ne sont affiliés à aucune religion croient à l'évolution et seulement 13% d'entre eux pensent que l'évolution a été guidée par un "être suprême".

Une longue histoire de remise en question

Les tenants des religions ne sont pas les seuls à avoir critiqué la théorie de l'évolution de Darwin. Mais ces penseurs non religieux l'ont fait pour d'autres raisons. Parmi eux, et non des moindres, le philosophe et prix Nobel de littérature Henri Bergson. Dans son ouvrage "L'évolution créatrice", il avance que certains organes, comme l'œil, exigent un agencement tellement précis et complexe qu'ils ne pourraient résulter d'une évolution par sélection naturelle. Bergson ne remet pas en cause l'existence du phénomène d'évolution, ni son rôle d'élimination. Mais ils mettent en doute sa capacité à éviter que des mutations génétiques adaptatives se diluent au fil des générations. Ils doutent également que l'évolution puisse produire spontanément des successions d'innovations suffisantes, même sur les durées considérées.

Mais au contraire, des travaux récents (1994) ont montré qu'un oeil peut se former assez rapidement à partir d'un simple organe photosensible rudimentaire. Moins de 400 000 générations peuvent suffire à former un œil semblable à celui des vertébrés. Ces recherches montrent également qu'un oeil peut apparaître chez des espèces différentes selon des voies indépendantes et aboutir à des "solutions" d'oeil différentes.

Plus que jamais donc, l'intuition de Darwin semble se confirmer à la lumière de travaux de recherche modernes, n'en déplaise à l'obscurantisme d'un tiers des Américains ou d'autres...

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK