Un serveur sans fil qui analyse en permanence nos paramètres de santé

Un serveur sans fil qui analyse en permanence vos paramètres de santé.
2 images
Un serveur sans fil qui analyse en permanence vos paramètres de santé. - © Tous droits réservés

Alors que la France vient d’autoriser les consultations médicales à distance, le très prestigieux MIT développe un projet qui permettra à un médecin de suivre l'état de santé d'un patient à distance, à travers les murs, grâce à un système sans fil. Rassurant ou anxiogène?

Un vulgaire routeur

A la tête du projet se trouve Dina Katabi, professeur au MIT, dont le dispositif permet, depuis un endroit fixe, de suivre en direct le battement cardiaque d’une personne quand elle se déplace dans sa maison ou se repose dans son lit. Le boîtier placé dans la demeure suit toutes sortes de signaux physiologiques. Et cela, sans le moindre capteur, grâce à une boîte qui évoque un vulgaire routeur Wi-Fi.

Un champ électromagnétique qui nous flique

Professeur de génie électrique et informatique au MIT, Dina Katabi assure que cette captation des données cliniques d’un patient pourrait être au point d’ici peu de temps.

Lors d’une conférence EmTech donnée ce moi-ci à Cambridge, la chercheuse a expliqué que lorsque nous respirons et/ou que nous nous déplaçons -ne fut-ce qu’un peu- nous modifions le champ électromagnétique qui nous entoure.

Et c’est ce signal de faible puissance que capte l’appareil à travers les murs d’un espace comparable à un appartement individuel.

200 foyers ont déjà testé l’invention, y compris de patients atteints de la maladie de Parkinson, d'Alzheimer, de dépression et de maladies pulmonaires. Dans l’un des cas, les données captées ont pu montrer qu’une malade atteinte de Parkinson marchait mieux au moment précis où elle prenait ses médicaments.

De même, l'appareil peut surveiller l’état de sommeil d’une personne sans la moindre intervention technique. Interrogée sur les risque d’ingérence de son invention dans la vie privée des personnes, Dina Katabi a précisé que la collecte des données ne se fait qu’avec l’assentiment des personnes, que les données sont cryptées et seulement accessibles à un nombre limité d’intervenants médicaux.

Désormais commence une autre étape, celle de la commercialisation du produit qui pourrait aussi, à terme, faciliter la gestion intelligente de la domotique. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK