Un Russe prêt à se faire décapiter pour coller sa tête sur un nouveau corps

Un Russe prêt à se faire décapiter pour coller sa tête sur un nouveau corps
Un Russe prêt à se faire décapiter pour coller sa tête sur un nouveau corps - © Tous droits réservés

C'est une greffe qui s’annonce comme une première : un jeune Russe atteint d’une maladie qui atrophie ses muscles est volontaire pour recevoir un autre corps. En clair, l’homme est prêt à se faire couper la tête pour qu’on l’attache au corps d’un autre. C’est un chirurgien italien qui veut relever ce défi ambitieux, mais déjà fortement contesté.

Valery Spiridonov s'est porté volontaire pour un projet qui peut sembler complètement fou. Ce Russe de 30 ans va devenir le premier patient à recevoir une greffe complète de corps. Il est atteint d'une maladie rare qui atrophie ses muscles et réduit fortement son espérance de vie.

L'opération encore jamais réalisée est le projet de Sergio Canavero, un neurochirurgien italien. Le médecin est régulièrement en contact son patient Valery. Ce dernier se dit par ailleurs être "très heureux de participer à ce projet", car pour lui, il s’agit d’une "véritable avancée scientifique" pour laquelle il se porte volontaire.

Mort clinique temporaire

L’opération devrait être réalisée d’ici un à deux ans. Deux équipes travailleront en parallèle sur Valery Spiridonov, receveur tétraplégique, et sur le donneur qui sera en état de mort cérébrale. "La tête de Valery Spiridonov sera "refroidie", explique le neurochirurgien, "il n’y aura plus une goutte de sang à l’intérieur, il sera donc cliniquement mort". Mais le Dr Sergio Canavero explique que "cette absence de circulation est momentanée, parce que les deux brancards seront dans la même pièce. La tête gravitera pendant quelques secondes jusqu’à ce que le chirurgien reconnecte la tête au nouveau corps", précise-t-il.

Sa tête sera "recollée" sur le corps

La tête de Valery sera placée sur le corps du donneur à l’aide d’une colle spéciale inventée par le chirurgien. Valery sera ensuite placé en coma artificiel pendant un mois, et après un an de physiothérapie, il pourra peut-être se lever. L’opération devrait durer environ 36 heures, son coût est estimé à plus de 10 millions d’euros. Un projet délirant déjà fortement critiqué et qui pose question : si l’expérience fonctionne, elle pourrait ouvrir la voie de la vie éternelle.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK