Un restaurant canadien n'emploie que des personnes malentendantes

"Ils vont adorer apprendre le langage des signes, explique Anjan Manikumar, propriétaire du restaurant. Ils feront quelques erreurs, mais s'amuseront. Cela crée une expérience pour les clients."

De "L'addition s'il vous plait" à "Nous payerons séparément", en passant par "Je prendrai le canard", tout doit être "énoncé" dans la langue américaine des signes. Chaque phrase type et chaque plat est indiqué à l'écrit, tout en étant assorti des différents signes à exécuter pour se faire comprendre des serveurs.

La proportion de personnes souffrant de problèmes d'ouïe âgées de plus de 15 ans représente 5% de la population canadienne. Ce segment a davantage de difficultés à trouver un emploi, si bien qu'Anjan Manikumar espère que son établissement montrera l'exemple.

"Je pense qu'il s'agit de l'une des plus grandes avancées observées dans notre communauté depuis longtemps, dit-il. Nous devons avoir quelque 35 employés dans ce seul établissement, ce qui est énorme pour notre communauté."

T.M. avec Daily News

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK