Un programme de cryogénisation pour la sauvegarde du patrimoine génétique du porc Piétrain

Un programme de cryogénisation pour sauver la race de porc belgian Piétrain
Un programme de cryogénisation pour sauver la race de porc belgian Piétrain - © Tous droits réservés

Grâce à la cryogénisation du sperme de verrats, les provinces de Liège et du Brabant Wallon avec le concours de l'Association wallonne de l'élevage (AWE) espèrent sauver le porc Piétrain, considéré comme le blanc bleu belge porcin. Une mesure nécessaire à l'heure où il ne reste qu'une centaine de truies de cette lignée, prisée à travers le monde pour ses qualités viandeuses.

Un programme de développement a été mis en place par les trois partenaires afin de préserver les meilleurs verrats au départ d'une sélection effectuée par les éleveurs eux-mêmes. Le porc Piétrain est apparu en 1920 à Piétrain, près de Jodoigne, dans le Brabant wallon.  Très musclé, il est réputé à travers le monde, notamment pour ses qualités viandeuses.

Tous les jeunes ne veulent pas travailler

Les porcs sont acheminés vers la station de quarantaine porcine de la province du Brabant Wallon où leur statut sanitaire sera garanti afin d'arriver au centre d'insémination d'Argenteau dans les meilleures conditions.  Les bêtes sélectionnées donneront leur sperme qui sera en partie cryogénisé afin de pérenniser cette lignée à moyen et long terme mais également de faire face à sa disparition éventuelle après une catastrophe sanitaire, explique Patrick Mayeres, directeur du service des éleveurs de l'AWE.  Liliane Doyen, éleveuse de porc Piétrain a acheté son premier porc Piétrain il y a 45 ans.  Aujourd'hui, elle s'inquiète pour la continuité de la race: "Tous les jeunes ne veulent pas travailler et il faut investir.  Celui lui reprend de ses parents, c'est peut-être encore possible, mais celui qui doit tout commencer, tout investir, ce n'est pas facile, tout coûte cher".

Une dizaine de verrats déjà sélectionnés

Grâce à cette banque de données, chaque verrat se verra attribuer, grâce aux tests effectués par divers organismes, dont l'Université de Liège, une carte d'identité permettant ainsi de faire évoluer le schéma du Belgian Pietrain pour faire face à la concurrence internationale.

Une dizaine de verrats ont déjà été sélectionnés et les premières truies ont été inséminées. Les résultats de cette première expérience sont attendus pour début 2018. Une seconde batterie d'insémination est déjà programmée fin de cette année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK