Bruxelles : un policier poursuivi pour coups et blessures suite à une interpellation musclée

Un policier poursuivi pour coups et blessures suite à une interpellation musclée
Un policier poursuivi pour coups et blessures suite à une interpellation musclée - © THIERRY ROGE - BELGA

Le 20 avril dernier, une vidéo circulait sur les réseaux sociaux pour dénoncer des violences policières. On y voyait un jeune Soudanais, assis par terre, en état de choc, en train de sangloter. Il aurait été victime d’une intervention policière plutôt musclée. Le parquet de Bruxelles a mené une information judiciaire. Un des policiers qui est intervenu ce jour-là est cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Bruxelles.

Des images ont été visionnées et des témoins auditionnés pour retracer le déroulement de l’interpellation du jeune homme. Une interpellation qui s’est déroulée dans le centre de Bruxelles suite à un contrôle pour faire respecter les mesures liées au confinement.

2 préventions contre le policier

Le porte-parole du parquet de Bruxelles, Denis Goeman, précise ce qui s’est passé ensuite : "Des détériorations de ses affaires ont eu lieu, un coup de matraque a été porté à son sac à dos et cela a détruit son GSM". Plus loin, lorsque le jeune homme est proche du parc Maximilien, il reçoit également un jet de gaz lacrymogène.

À l’issue de l’information judiciaire, deux préventions ont été retenues à l’égard du policier qui devra comparaître devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. D’une part, une prévention de coups et blessures volontaires avec préméditation. Avec la circonstance aggravante que l’auteur des faits est un agent de police. D’autre part, une seconde prévention du fait d’avoir dégradé ou détérioré les biens d’autrui.

3 ans de prison

Si les faits sont avérés et que le policier est reconnu coupable par le tribunal correctionnel, ce dernier encoure une peine allant jusqu’à 3 ans de prison. Par ailleurs, le parquet n’a pas trouvé d’éléments à charge pour poursuivre les autres policiers présents au moment des faits.

L’audience devant le tribunal correctionnel de Bruxelles est prévue le 5 juin prochain. Une fixation d’audience rapide pour des faits qualifiés, par le parquet de Bruxelles, d’intolérables s’ils sont avérés. Le policier bénéficie jusqu’à son jugement de la présomption d’innocence.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK