Un piratage détecté dans les tachygraphes des routiers

Le parquet fédéral a annoncé vendredi l’ouverture d’une enquête sur un piratage du logiciel utilisé dans les tachygraphes, ces appareils électroniques qui enregistrent la vitesse, le temps de conduite, de repos et l’activité des conducteurs routiers.

Ce logiciel truqueur serait installé dans de plus en plus de camions. Il permet de désactiver, sans trace, l’enregistrement du tachygraphe. Tout dépassement des limites de vitesse ou de temps de repos deviendrait intraçable pour les services de police, y compris l’enregistrement des heures prestées.

"Il est ainsi devenu pratiquement impossible pour les services de police de détecter cette fraude au moyen d’un contrôle régulier", explique le parquet, qui a travaillé conjointement avec la police judiciaire fédérale de Flandre-Occidentale.

Flagrant délit

En juin, le juge d’instruction Diedrik Deraeve, du tribunal de première instance de Flandre occidentale, avait fait intervenir la police : deux personnes de nationalité polonaise avaient été placées sous mandat d’arrêt. L’une d’elles, toujours en détention préventive, avait été prise en flagrant délit d’installation du logiciel manipulé.

"C’était tellement compliqué à découvrir qu’il a fallu surprendre en flagrant délit un individu qui était en train de transformer un tachygraphe. Depuis cette découverte, il y a un grand nombre de camions qui ont déjà été interceptés, dans lesquels il y avait ces tachygraphes avec le logiciel, ils ont été saisis et démantelés", a précisé le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Duyse.

La justice fédérale précise que l’enquête avait permis la saisie et le démantèlement de tachygraphes manipulés dans plusieurs entreprises de transport en Belgique et aux Pays-Bas. Elle estime qu’il y a des "indices sérieux" permettant de penser que le logiciel manipulé serait vendu dans toute l’Europe, rendant impossible d’imposer le respect des temps de conduite et de repos des chauffeurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK