Un paramoteur électrique a volé pour la première fois en Belgique

Sur le tarmac de l'aérodrome de Liernu, des journalistes et quelques passionnés, rassemblés en bord de piste, sont le point d'assister à une petite révolution. Un paramoteur, équipé d'un moteur entièrement électrique, va prendre son envol. Le pilote, Emmanuel Layan, est fin prêt, il allume le moteur et les hélices se mettent à tournoyer très rapidement sur son dos. Il effectue quelques pas rapides, un dernier réglage de voile et l'engin se détache du sol. En quelques secondes, le pilote prend de l'altitude et entame un show dans les airs: pirouettes, virages serrés et vol au ras des pâquerettes. Le public est conquis. Le tout dure une vingtaine de minutes, puis le pilote atterrit, accueilli par la presse à qui il décrit ses sensations en vol. "C'est très agréable en termes de bruit, de vibrations et de confort. C’est une sensation qu’on n’a pas avec un moteur thermique. Aussi, je peux doser au tour près la poussée de l’hélice, alors que des irrégularités parfois dérangeantes peuvent survenir avec le moteur thermique". 

Cet appareil, le pilote français l’a conçu. Il le présente aujourd’hui en Belgique pour tenter de le commercialiser, en collaboration avec Olivier Symoens, responsable de l’école de paramoteur de Liernu. Pas peu fier, lui non plus, de la petite démonstration qui vient d'avoir lieu. "Le paramoteur électrique présente de nombreux avantages, notamment au niveau du transport de l'essence, qui est peu commode sur ces petits appareils. Aussi, ils produisent beaucoup moins de bruit que les engins traditionnels, étant donné qu'il n'y a ni carburateur ni échappement".

Le paramoteur électrique présente aussi des avantages écologiques évidents. Seul hic: son manque d'autonomie. Si l'on peut voler trois heures en paramoteur thermique, l'électrique ne tient lui que 50 minutes sans devoir être rechargé. Pour l’instant, aucun de ces engins n’est produit en Belgique. En France, ils sont commercialisés depuis le début de l’année.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK