Un nuage radioactif a traversé l'Europe en septembre

Le point d'origine semble avoir été découvert via une simulation, mais la localisation n'est pas précise (image d'illustration)
Le point d'origine semble avoir été découvert via une simulation, mais la localisation n'est pas précise (image d'illustration) - © ODD ANDERSEN - AFP

L'information est passée inaperçue, et pourtant, selon de nombreux médias français et l'institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), un nuage radioactif a bel et bien traversé l'Europe jusqu'à la mi-octobre.

L'institut a effectivement précisé le 3 octobre au travers d'un rapport que les niveaux de ruthénium 106 (isotope d’un métal de la famille des platines, un produit de fission de l’industrie nucléaire qu'on retrouve aussi dans le domaine médical) détectés en Europe n'étaient pas nocives, ni pour la santé humaine, ni pour l’environnement.

Mais d'où vient ce nuage radioactif?

Pour le moment, aucune réponse officielle sur les raisons et la nature de ce nuage n'a été donnée. Par contre, le point d'origine semble avoir été découvert. Après quelques simulations, l'IRSN a localisé les zones les plus plausibles de rejets. Le point d'origine serait proche du fleuve Volga et des montagnes de l'Oural (soit entre la Russie et le Kazakhstan).

Du côté russe, fin octobre, le géant du nucléaire russe Rosatom a démenti tout problème au sein de ses installations. Par contre, du côté kazakh, aucune réponse n'a été donnée. Malgré tout, les experts français comme allemands semblent tombés d'accord pour dire que le nuage radioactif provient sans doute de la Russie.

"La zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l'Oural, sans qu'il ne soit possible, avec les données disponibles, de préciser la localisation exacte du point de rejet", estime dans une note l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français au terme de son enquête.

Une des informations importantes qui se dégage du rapport indique que la contamination au ruthénium 106 ne peut pas venir d'un rejet de réacteur nucléaire, auquel cas d'autres éléments nucléaires se seraient retrouvés au sein du nuage radioactif. Ce serait donc un rejet par "des installations du cycle du combustible nucléaire ou de fabrication de sources radioactives" pour l'IRSN.

L'IRSN précise avoir du coup "fait l'hypothèse d'un rejet issu d'une installation" liée au cycle du combustible nucléaire ou de fabrication de sources radioactives, sans identifier un site en particulier. Le ruthénium-106 est un produit de fission issu de l'industrie nucléaire, par ailleurs utilisé pour des traitements médicaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK