Un nouveau code sur tous les médicaments dès ce samedi: qu'est-ce que ça va changer?

C’est la transposition de la directive européenne « Falsified Medicines Directive » mise en chantier il y a près de dix ans. Elle vise à éviter que de faux médicaments ne se retrouvent en pharmacie comme ce fût le cas récemment en Allemagne. Pour éviter cela, chaque médicament sera désormais équipé d’un code unique à partir du 9 février 2019. Quand le médicament est délivré en pharmacie ou en hôpital, le pharmacien a l’obligation de scanner le nouveau code qui se trouve dessus. Un code qui permet via une base de données de remonter à la source chez le fabricant. Celui-ci authentifie alors que ce produit est bien conforme et peut être vendu. Une sécurité supplémentaire donc dans la chaîne de distribution.

Dans la pharmacie Lambion située à Grivegnée, on trouve depuis quelques semaines déjà des médicaments équipés de ce code QR. Et ici on scanne à chaque fois les médicaments équipés de ce nouveau système. Mais pour Hugues Lambion, pharmacien et responsable de l’officine : « La Belgique n’a jamais connu de problème de faux médicaments dans le marché des officines. Nos grossistes s’approvisionnent directement auprès de leurs fournisseurs ou directement auprès des firmes pharmaceutiques. »

Un coût de 5 milliards d’euros en Europe

Les clients interrogés eux ne connaissent pas encore la raison de l’équipement de leurs médicaments d’un code unique. Mais ils comprennent par contre l’importance de renforcer la sécurisation du marché des médicaments à l’heure des achats de médicaments sur internet.

Mais selon l’industrie pharmaceutique, cette sécurisation va coûter plus de 5 milliards d’euros pour toute l’Europe. Sans compter toutes les pharmacies qui doivent adapter leur système informatique. Un coût qui sera certainement répercuté sur le prix final de vente. Il faudra attendre environ cinq ans pour que toutes boîtes soient équipées de ce code unique à cause de la durée de vie de certains médicaments.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK