Un mineur euthanasié pour la première fois en Belgique

Il s'agit d'un dossier néerlandophone, mais aucune information n'a filtré sur l'âge du mineur, qui souffrait d'une maladie en phase terminale.

La commission fédérale sur l'euthanasie vient de recevoir la déclaration concernant ce premier cas en Belgique. Jacqueline Hermans est la présidente de l'association pour le droit de mourir dans la dignité, elle est aussi membre de cette commission : "Il s'agit bien d'une déclaration et non pas d'une demande, l'euthanasie s'est donc déroulée. Nous avons donc reçu cette première déclaration, nous allons évidemment l'examiner attentivement. Il y aura beaucoup d'émotion aussi."

Il s'agit de la première euthanasie sur un mineur depuis que la loi a été adoptée en 2014. Douze ans après celle pour les adultes, cette loi concernant les mineurs est d'avantage restrictive. "Cela ne peut être que dans des cas de maladies graves et incurables, comme pour les majeurs, rappelle Jacqueline Hermans. Mais pour les mineurs, une condition supplémentaire est prévue : le décès doit être prévu à brève échéance". Selon Wim Distelmans, le président de la commission, "il n'y a heureusement que très peu d'enfants qui entrent en considération, mais cela ne signifie pas que nous devrions leur refuser le droit à une mort digne ".

Dans la loi, la notion de souffrance psychique a été écartée. Le mineur doit être aussi doté de sa capacité de discernement, en faire la demande et ses parents doivent donner leur accord. La Belgique est le seul pays au monde à autoriser légalement l'euthanasie pour les mineurs sans limite d'âge.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir