Un médecin poursuivi pour avoir inséminé une femme avec le mauvais sperme

C'est la première fois qu'une telle affaire est jugée en Belgique, rapportent nos confrères de la VRT. Un homme poursuit un médecin qui aurait inséminé sa mère avec le sperme d'un donneur, alors qu'il était prévu d'utiliser celui de son mari.

Aujourd'hui âgé de 36 ans, cet homme a constaté une anomalie il y a six mois en effectuant un test d'appartenance ethnique dans une base de données internationale d'ADN. L'entreprise lui signale qu'il aurait un demi-frère. Après l'avoir contacté, il apprend que le père de ce demi-frère était donneur de sperme. Ce donneur a notamment confié ses semences à l'hôpital où avaient été traité ses parents au début des années 80. Aujourd'hui, il craint avoir plusieurs demi-frères et soeurs biologiques dont il ignorait l'existence.

Les parents du jeune homme s'étaient rendus à l'hôpital Saint Jean de Bruges en raison de l'impossibilité de concevoir un enfant. Le médecin qui les a reçu leur a suggéré d'inséminer l'épouse avec le sperme de son mari. Depuis 1983, année de naissance de leur fils, les deux parents ont toujours été persuadés qu'il s'agissait de leur enfant biologique.

Un cas sans précédent jugé par la justice belge

Le fils poursuit à présent le médecin devant la justice. Le médecin nie toute accusation, tandis que l'hôpital n'aurait pas réalisé d'enquête interne. "Nous contestons les affirmations sur le plan factuel, mais également sur le plan juridique", a déclaré Rudi Vermeiren, l'avocat du médecin.

"Ce qui me gêne le plus dans cette affaire, c'est qu'il est tout à fait possible qu'il y ait encore d'autres parents inséminés avec la semence d'un donneur et non de leur propre partenaire, s'inquiète Steph Raeymaekers, présidente de l'ASBL Donorkinderen. Des cas similaires ont été relevés à l'étranger par le passé. Ce n'était qu'une question de temps avant que de tels soupçons ne se manifestent également chez nous."


►►► À lire aussi : Scandale aux Pays-Bas: l'ex-directeur d'une banque de sperme est le père de 49 enfants


Six cas de naissance suspecte sont connus en Belgique jusqu'à présent. Dans l'un d'entre eux, le médecin aurait administré sa propre semence à sa patiente. "Les couples vont consulter à un moment de leur vie où ils sont le plus vulnérable, c'est-à-dire dans l'incapacité de satisfaire le désir d'un enfant. Le traitement doit donc se faire de manière éthique et correcte", s'indigne Steph Raeymaekers.

L'association invite donc les parents potentiellement concernés, ainsi que leurs enfants devenus adultes, à réaliser un test ADN. En ce qui concerne cette affaire, le procès du médecin ne devrait débuter qu'en 2021.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK