Un mannequin belge revendique son intersexualité: "Nous représentons presque 2% de la population"

Hanne Gaby Odiele est une mannequin belge renommée qui défile pour les plus grands couturiers du monde. A 28 ans, elle a défilé pour pratiquement tous les grands: Dior, Vuitton, Saint-Laurent. Mais sous ces atours de strass et paillettes se cachent un tabou rarement exposé, Hanne est intersexe. L'intersexualité, un sujet tabou mais aussi très méconnu même s'il concerne presque 2% de la population mondiale. A peu près une personne sur 50 donc, qui nait avec des caractéristiques sexuelles à la fois d'homme et de femme.

Aujourd'hui, portée par sa notoriété, elle veut mettre en lumière cette problématique plus répandue qu'on ne le pense : "Les intersexes ne sont pas rares, nous représentons presque 2% de la population. C'est pareil aux populations qui naissent avec des cheveux roux", explique la Belge.

Opérations douloureuses

Mais naître hermaphrodite pose encore beaucoup question. Les parents d'Hanne, eux, ont décidé la faire opérer à deux reprises à ses 10 ans et 18 ans. Des expériences pénibles et traumatisantes qui devraient stopper selon la jeune mannequin.

C'est pour cette raison qu'elle a décidé d'utiliser sa notoriété pour briser le tabou et dénoncer les conséquences d'opérations irréversibles. "Il est très courant que des personnes intersexes qui ont subi des interventions chirurgicales endurent des symptômes post-traumatiques. Dans des cas extrêmes, ces personnes vivent des symptômes similaires à ceux consécutifs à un abus sexuel" explique Kimberly Zieselman, la directrice de "Executive Intercate", une association de défense des personnes intersexes.

Aujourd’hui, Hanne est mariée et vit heureuse: "Tous les enfants intersexes ont l'impression qu'ils ne seront jamais aimés, mais en fait... ils peuvent".

Les intersexes n'ont actuellement aucun statut légal et leur population est en fait encore mal dénombrée. Les nations unies ont établi une fouchette entre 0,05 et 1,7 % de la population mondiale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK