Un journaliste suisse condamné pour avoir révélé une faille dans le processus électoral

Un journaliste suisse condamné pour avoir révélé une faille dans le processus électoral
Un journaliste suisse condamné pour avoir révélé une faille dans le processus électoral - © FABRICE COFFRINI - AFP

Un journaliste de la télévision publique suisse RTS a été reconnu coupable de fraude électorale après avoir prouvé qu'il était possible de voter deux fois à Genève en ligne. Condamné à deux jours-amende avec sursis, le journaliste fera recours au Tribunal pénal fédéral, rapporte dimanche l'agence ats.

Le ministère public de la Confédération l'a également condamné à une amende de 400 francs suisses et aux frais de la cause, a indiqué à l'ats le journaliste confirmant une information du Matin Dimanche. L'affaire remonte à 2015. Suite à un déménagement, le journaliste reçoit deux fois son matériel de vote pour la votation fédérale et cantonale du 8 mars 2015. Convaincu que le système bloquera un double vote, il tente l'expérience. Mais il réussit à voter deux fois à quelques minutes d'intervalle. Le journaliste avertit immédiatement la Chancellerie. Il réalise ensuite un sujet sur ce dysfonctionnement. Trois semaines plus tard, il est dénoncé par la Chancellerie auprès du procureur général de Genève pour fraude électorale.

Le syndicat des journalistes offusqué

Lorsque la Chancellerie a connaissance de faits pouvant constituer un crime ou un délit poursuivi d'office, comme le double vote, elle a l'obligation d'en aviser la police ou le ministère public, s'est-elle justifiée dans un communiqué publié dimanche soir. Elle en a également profité pour expliquer ce "couac": le journaliste a pu recevoir le matériel de vote à double, "car les délais de finalisation des registres électoraux pour les citoyens genevois et pour les Suisses de l'étranger ne coïncidaient pas". Cette situation était connue et pouvait également se présenter dans d'autres cantons.

"Suite à des changements dans la gestion des registres électoraux et l'introduction d'un identifiant unique, ce problème a été résolu. Une telle situation ne peut donc plus se produire", a-t-elle assuré. Le syndicat des journalistes Impressum s'est dit offusqué par cette condamnation. Il estime que la démonstration des failles du système électoral genevois ne pouvait se faire qu'en enfreignant la loi. Le journaliste l'a de surcroît enfreinte "en toute transparence, puisqu'il en a averti la Chancellerie d'Etat", écrit Impressum dans un communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK