Un jour sans cambriolage: journée d'action nationale le 11 décembre

200 cambriolages par jour en Belgique. L'an dernier, le nombre de cambriolages enregistrés chez nous se montait à 75 123 faits
200 cambriolages par jour en Belgique. L'an dernier, le nombre de cambriolages enregistrés chez nous se montait à 75 123 faits - © Tous droits réservés

L'initiative vient des Pays-Bas où elle a été expérimentée l'an dernier. Cette campagne conçue comme une vaste action citoyenne avait porté ses fruits. Plusieurs communes néerlandaises avaient constaté ce jour-là une réduction drastique du nombre de cambriolages. Alors chez nous, polices et autorités se sont dit : pourquoi pas ? Et c'est la Province du Limbourg qui a lancé le mouvement pour une journée d'action nationale qui se tiendra le 11 décembre prochain : "1 jour sans".

Tout part de chiffres, de très mauvais chiffres. 200 cambriolages par jour en Belgique. L'an dernier, le nombre de cambriolages enregistrés chez nous se montait à 75 123 faits. Pour 2014, la police prévoit une situation similaire. Le phénomène est en progression: une croissance de 22,53 % entre 2008 et 2013. Ces cambriolages ont un coût social: près de 350 millions d'euros par an. Et rien à faire pour faire régresser ces chiffres. D'où la volonté d'essayer une autre approche, celle de la sensibilisation des citoyens. "Vous, citoyens, vous pouvez agir contre les cambriolages", c'est le sens de cette première journée d'action nationale "1 jour sans".

Prévention

Les citoyens sont donc sollicités. Alors, on leur suggère tout d'abord de jouer la carte de la prévention. Des conseils multiples seront fournis via différents supports dont une application smartphone, ou encore un site internet www.1joursans.be. Les mesures et astuces peuvent être simples : fermer minutieusement portes et fenêtres, simuler sa présence en cas d'absence, rendre sa maison bien visible, ranger ses objets de valeur dans un endroit sûr,... Il est aussi possible de contacter un conseiller "prévention vol" - il en existe dans chaque zone de police - pour obtenir gratuitement des conseils et un audit personnalisé.

Des citoyens, acteurs

Mais les autorités vont plus loin. Elles désirent susciter des initiatives citoyennes comme la création de pages facebook pour une rue ou un quartier sur lesquelles des informations et des astuces contre les effractions y seraient partagées, voire l'organisation de "promenades de sécurité" comme l'indique le coordinateur de la province du Limbourg Dries Wyckmans. Il s'agit là plutôt de s'inscrire dans la démarche des fameux PLP, les Partenariats Locaux de Prévention ou réseaux d'information de quartier, diversement appréciés d'ailleurs. Comme le précise Pierre Thomas, à la Direction générale Sécurité et Prévention au SPF Intérieur, "ces groupements de citoyens se réunissent pour sécuriser le quartier où ils habitent, pour rapporter les éléments suspects à la zone de police qui agira en conséquence. Donc c'est une vigilance accrue". Et à la question de savoir, si dans le cas présent, la police compte sur les citoyens pour effectuer des rondes, Pierre Thomas de répondre "on ne parle pas de rondes, on parle d'échanges d'informations".

Quoi qu'il en soit, les autorités s'attendent à l'émergence de diverses initiatives citoyennes concrètes. Le point d'orgue de la campagne sera la journée du 11 décembre prochain.

Radia Sadani

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK