"Un jeune sur trois est victime de cyber-harcèlement"

"Je n’ose plus poster des photos de moi sur Instagram, parce que des gens se moquent de moi, ils disent que je suis trop gros", Mohamed 12 ans témoigne du cyber-harcèlement dont il a été victime.

Son histoire est celle d’au moins d’un jeune sur trois entre 12 et 15 ans. Messages malveillants, moqueries répétitives, insultes, diffusion de photos dénudées, le harcèlement frappe sur internet, et plus particulièrement sur les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram ou Snapchat.

Pour lutter contre ce phénomène, Equal.Brussels, le nouveau nom de la direction pour l'Égalité des Chances, lance une campagne de sensibilisation et d’information.

Les filles plus touchées que les garçons

D'après une étude réalisée en 2015 en région parisienne, les filles sont deux fois plus concernées par des selfies "sous influence". Des garçons ou des hommes poussent littéralement des filles à dévoiler leur intimité au travers de photos suggestives ou à caractère sexuel. Ceux-ci les diffusent ensuite massivement sur le net. Un buzz qui porte atteinte à la réputation des jeunes filles, la machine à harceler s’emballe avec le partage viral des photos.

Si les filles sont davantage touchées que les garçons, c’est aussi parce qu’elles sont plus présentes sur les réseaux sociaux. Entre 2015 et 2016, une étude belge montre que 89% des filles utilisent activement un compte Facebook contre 85% des garçons. Sur Snapchat la différence est encore plus importante. 71% des filles possèdent un compte pour seulement 41% des garçons.

"Stop Cyberviolence", une lutte sur deux fronts

Cette campagne prévoit d’accompagner à la fois élèves et professeurs dans la lutte contre le harcèlement sur internet. Pour les enseignants :

  • création d’une brochure pédagogique dans le but d’organiser des sessions de discussions d’au moins 1h40 avec les élèves ;
  • diffusion d’une conférence en ligne : un expert conseillera les professeurs sur les méthodes et les démarches à suivre en cas de cyber-agression dans leur classe.

Du côté des élèves :

  • un concours de punchlines (phrases choc) est lancé pour inciter les jeunes élèves à "combattre" directement la cyberviolence ;
  • la diffusion d’un clip de rap par deux artistes bruxellois "JAY MNG" et "Mia Lena" sera diffusé sur Instagram et Facebook :
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK