Centre Fedasil: un ex-bénévole dénonce des conditions de vie inhumaines

Quelques-unes des photos prises par les bénévoles pour dénoncer l'état des sanitaires du centre d'Elsenborn
13 images
Quelques-unes des photos prises par les bénévoles pour dénoncer l'état des sanitaires du centre d'Elsenborn - © RTBF

Le centre pour demandeurs d'asile de Fedasil d'Elsenborn, à Bütgenbach, dans l'Est de la Province de Liège, offre-t-il des conditions de vie indignes à ses 540 résidents ?

C'est en tous cas ce qu'affirme Alain Houart, un ex-bénévole du centre. Ce magistrat à la retraite y dispensait des cours de français. Le vendredi 8 janvier 2016, il a été remercié par Fedasil. Il avait tenté de trouver un nouvel hébergement pour cinq Irakiens exclus du centre suite à une bagarre. Fedasil a estimé qu'il était sorti de son droit de réserve.

L'ex-bénévole conteste et, dans la foulée, dénonce les conditions d'hygiène déplorables dans le centre :

"Je dénonce l’absence de machine à laver. Les réfugiés doivent laver leur linge dans les éviers où ils se lavent ou alors le linge est collecté par des bénévoles qui font des machines chez eux, à leurs frais et qui le ramène aux réfugiés. Ce camp a été fait dans l’urgence, je comprends bien tout cela, mais il y des machines à laver qui sont arrivés il y a plus de deux mois. On nous dit toujours que ces machines, nous ne savons pas les raccorder. En plus de ce problème, il y a des bâtiments où les wc se bouchent régulièrement".

Du côté de Fédasil, on réfute tout problème d'hygiène ou de lessive:

"Il s’agit de l’avis d’une personne dont nous nous sommes séparés. En fonction des éléments dont nous disposons, des audits du centre et des suivis au quotidien, les collaborateurs, les résidents ou d’autres bénévoles ne se retrouvent pas dans ces critiques" explique Hervé Rigot, directeur Région Sud de Fedasil.

"La lessive est bien faite au centre d’Elsenborn. Il s'agit là d’une confusion. Nous avons des machines à lessiver et nous devons les raccorder. Il ne s’agit pas de machines de particuliers mais bien de machines industrielles qui nécessitent dès lors la création d’un lavoir, raison pour laquelle ce dossier prend du temps" poursuit-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK