Un drone de plongée sous-marine pour filmer comme le commandant Cousteau

Le plongeur français Guillame Nery utilise le drone sous-marin "iBubble", à Nice, le 21 décembre 2017
3 images
Le plongeur français Guillame Nery utilise le drone sous-marin "iBubble", à Nice, le 21 décembre 2017 - © BORIS HORVAT

Quel plongeur n'a pas rêvé un jour d'endosser la combinaison du commandant Cousteau et d'égaler ses prouesses cinématographiques? Avec "iBubble", une start-up française compte faire émerger dans le commerce le premier drone grand public conçu pour filmer sous les mers.

Sept moteurs, quatre hélices et une coque profilée jaune, comme le sous-marin de la chanson des Beatles: "iBubble", avec sa caméra et ses phares intégrés, n'est encore qu'un prototype.

Mais ses promoteurs --dix ingénieurs sous la houlette d'un jeune directeur général de 39 ans, Nicolas Gambini, formé à Supélec et transfuge du Technocentre de Renault-- assurent en avoir déjà pré-vendus plusieurs centaines.

Au prix de 2.700 à 3.600 euros l'unité, les acheteurs sont "des centres de plongée, des apnéistes, des bateaux, des hôtels", indique Benjamin Valtin, ex-informaticien mordu d'océanographie qui a rejoint l'aventure en qualité de directeur marketing.

Sur le port de Nice, peu avant Noël, Nicolas Gambini, bidouille un boîtier avec de la graisse de silicone, sans tomber le costume pour cause de rendez-vous "important" dans la foulée à Monaco. L'entreprise n'a pas deux ans d'existence, mais elle vient de lever 800.000 euros en juin.

Côté marketing, on est déjà en tenue de plongée, prêt pour un nouvel essai en mer: "La première caméra", détaille Benjamin Valtin, "c'est une Go Pro ou une caméra d'action qu'on monte sur le drone pour le film. La seconde, c'est l’œil du drone. Elle est exploitée pour suivre le plongeur et le cadrer. Elle pourra aussi suivre un animal, un requin, une tortue, mais ce n'est pas pour tout de suite".

Assis dans le Zodiac, bouteille dans le dos et tournevis en main, il change la batterie de l'appareil posé sur ses genoux: 7,5 kilos de technologie miniaturisée, maniable avec des poignées et testée depuis deux ans à Grenoble.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK