Un disjoncteur d'eau qui veille sur votre maison 7j/7 et 24h/24: fini les mauvaises surprises

Le disjoncteur d'eau intelligent
Le disjoncteur d'eau intelligent - © RTBF

C'est une première en Belgique. Un petit appareil de 20 centimètres sur 10 cm et qui pèse à peine 1 kilo. Il permet de détecter des fuites et surtout de couper l'eau, même à distance. C'est une société française, de Boulogne-sur-Mer qui lance ce produit. Dominique Gayraud, directeur de la société Hydrelis explique : " Il est par exemple capable de détecter une chasse d'eau qui goutte ou de couper l'eau de votre bain si il déborde". 

Une commune pilote

C’est la commune de Comblain-au-Pont en Province de Liège qui est la commune pilote. Elle a acheté les premiers appareils qu'elle a placé dans ses bâtiments, ainsi que dans une école. La commune a voulu réagir à une fâcheuse situation du passé. Georges Vangossum, échevin de l'Energie et des Nouvelles Technologies à Comblain-au-Pont : "Nous avons eu plusieurs fuites importantes coup sur coup. On a perdu 10 000 mètres cube et cela nous a coûté 50 000 euros. Aujourd'hui, nous comptons acheter plusieurs appareils. Et même si ça va nous coûter entre 10 et 20 000 euros d'investissement, on fera de belles économies financières et écologiques". 

L’appareil peut être placé dans les gros bâtiments mais aussi chez le particulier : "C'est assez simple à placer. En une demi-heure, le boitier intelligent peut-être opérationnel", explique le directeur d'Hydrelis. 

Un appareil qui plait aux entreprises

En France, cet appareil a déjà fait ses preuves, puisque des gros clients comme la SNCF, EDF, Carrefour, Orange en sont déjà équipés. Un système qui coûte entre 500 euros pour les particuliers... jusqu'à 2000 euros pour ceux utilisés dans les plus gros bâtiments. 

L’appareil peut-être également actionné à distance et être connecté sur votre smarthphone ou votre tablette. Un outil qui permettrait, certainement, d’éviter de nombreuses catastrophes en Belgique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK