Un convoi de camions intelligents: le Platooning Challenge

Un convoi de camions intelligents : le Platooning Challenge
2 images
Un convoi de camions intelligents : le Platooning Challenge - © ERIC LALMAND - BELGA

Ils sont encore conduits par un chauffeur, mais celui-ci ne doit plus accélérer, ni freiner. Ce mardi matin, trois camions ont emprunté la E19 entre Bruxelles et Anvers. Deux autres sont partis de l'Atomium et sont attendus à Rotterdam.

Grâce à la nouvelle technologie, baptisée "vehicle to vehicle", leur système de roulage est partiellement automatisé : le second camion suit la premier à la trace (moins d'une seconde de temps de freinage entre les deux, soit 22 mètres) et accélère, puis freine en même temps. Il s'agit du premier essai en Belgique pour la marque Iveco, mais aussi pour Volvo Trucks.

"Nous avons la volonté de montrer que la Belgique est prête à accueillir ce type de technologies", a commenté Jacqueline Galant (MR), ministre fédérale de la Mobilité. "Plus de 90% des accidents de la route sont la conséquence d’erreurs humaines. Nous pourrons fortement diminuer la congestion routière en régulant mieux le trafic", a ajouté la secrétaire d’État Bianca Debaets. En effet, le temps de réaction du programme, en cas de freinage brusque, est quasi nul. La consommation de carburant se voit diminuée d'environ 25%, car la résistance à l'air diminue entre les véhicules, qui sont plus proches l'un de l'autre. Les camions peuvent rouler en peloton à des vitesses atteignant 80 km/h. Le risque de bouchons sur autoroutes est amoindri  "de par l'absence de 'l'effet accordéon'", précise Peter Himpe, vice-président de Volvo Group Trucks Belux. 

Un nouveau pas vers un véhicule autonome

Concrètement, un chauffeur est encore aux commandes, mais il ne sert plus qu'à diriger le volant.

Ces essais s'inscrivent dans un challenge baptisé le European Truck Platooning, appuyé par les Pays-Bas - qui président actuellement le Conseil européen et ont organisé le déplacement simultané de plusieurs convois semi-autonomisés, en Europe jusque Rotterdam.

Le but de ce challenge est de favoriser la coopération entre les différentes autorités routières européennes, qui sont nationales et appliquent leurs propres lois. En Belgique, par exemple, la distance minimale de sécurité entre deux camions sur autoroute est de 50 mètres : le "platooning" est, pour l'instant, illégal. Les Pays-Bas espèrent influer sur une harmonisation des règles, pour permettre à cette technologie d'être empruntée sur nos autoroutes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK