Un chef d'entreprise de Rixensart en passe d'être expulsé vers le Chili

Un chef d'entreprise Chilien, installé à RIxensart, sera peut-être expulsé dans quelques heures
Un chef d'entreprise Chilien, installé à RIxensart, sera peut-être expulsé dans quelques heures - © DIRK WAEM - BELGA

L'homme est Chilien et vit en Belgique depuis 1999. Depuis quelques années, il a fondé sa propre société, qui fonctionne bien. Mais voilà, sa demande de régularisation a été rejetée par l'Office des étrangers. Il est enfermé, depuis un mois, au centre pour illégaux 127 bis en attendant son expulsion prévue pour demain, mercredi.

Comme beaucoup de clandestins, Juvénal Clavero s'est contenté de petits boulots en noir pendant dix ans. En 2009, il a introduit une demande de régularisation auprès de l'Office des étrangers, plaidant une longue présence sur le territoire et une bonne intégration dans la société belge. Avant même d'obtenir la réponse de l'Office, il a créé avec un associé une entreprise de ferronnerie d'art.

Les affaires marchaient plutôt bien : 250 000 euros de rentrées en 2012. L'entreprise a même accueilli un stagiaire du Forem cet été.

Juvenal Clavero attendait sa régularisation avec impatience pour pouvoir officiellement travailler dans sa propre entreprise. Mais l'Office des étrangers a finalement rejeté sa demande jugeant que les preuves d'intégration fournies dans le dossier étaient insuffisantes.

Le chef d'entreprise sans-papier a été enfermé au centre pour illégaux 127 bis. Son expulsion est prévue cette semaine et  son associé est très inquiet pour l’avenir de la société.

Depuis le centre fermé 127 bis, Juvenal Clavero tente de rassurer les clients qui l'appellent par téléphone. Mais il ne lui reste que quelques heures pour tenter de convaincre les autorités belges qu'en pleine crise économique son expulsion serait une aberration.

 

François Louis et Anne-Catherine Croufer