Un chasseur arrêté en Gaume après avoir tiré un sanglier en zone interdite

Les faits se sont déroulés la nuit de samedi à dimanche à Sainte-Marie-sur-Semois, près du village d'Etalle. Un chasseur âgé de 27 ans a été arrêté vers 1h30 du matin alors qu'il transportait le cadavre d'un sanglier dans sa voiture. Selon les premiers éléments de l'enquête, une seule cartouche a été tirée, une seule bête a été tuée.

Le contrevenant n'est pas connu des services de police, il s'agit d'un chasseur patenté. Il agissait dans le périmètre de 63.000 hectares autour de Virton où l'activité est pourtant formellement interdite depuis la découverte de sangliers infectés par la peste porcine africaine.

Inadmissible pour le ministre

L'interdiction a été instaurée par le ministre wallon de l’agriculture, René Collin (cdH), afin d'éviter la propagation de ce virus extrêmement contagieux et dangereux pour les porcs. Le ministre s'est dit offusqué après avoir appris la nouvelle.

"Je fustige avec la plus grande véhémence un comportement inacceptable qui vient mettre à mal un dispositif devant prévenir de toute propagation du virus de la peste porcine africaine. Ces agissements sont d'autant plus répréhensibles au regard des importantes difficultés qui s'abattent sur de nombreux secteurs depuis le 14 septembre dernier. Ces combines égoïstes constituent un manque de respect des victimes et des moyens publics déployés", insiste-t-il dans un communiqué.

Privé de liberté

Le chasseur a été privé de liberté et est entendu ce dimanche après-midi par la police de Virton et les agents de l'unité anti-braconnage de la Région wallonne. Il risque au minimum un retrait de son permis de chasse et sans doute des sanctions pénales.

Il doit être cité en procédure accélérée devant le tribunal correctionnel. Les faits qui lui sont reprochés sont le non-respect de la zone de protection de 63 000 hectares, le non-respect de l'interdiction de chasser, le transport de gibier mort et le non-respect de la loi de 1987 sur la santé des animaux.

Les peines encourues peuvent aller de 15 jours à 5 ans d'emprisonnement et de 1000 à 10 000 euros d'amende.

La carcasse du sanglier, elle, sera envoyée dans un laboratoire où les vétérinaires détermineront si l'animal était porteur du virus de la peste porcine.

De nouvelles carcasses découvertes

Les gardes-chasses et le service public Wallonie des forêts ont par ailleurs confirmé qu'ils avaient découvert de nouvelles carcasses. Il n'y a toutefois aucune preuve que les sangliers soient infectés par la peste porcine mais ils seront eux aussi envoyés au laboratoire pour analyses. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK