Un autotest Covid-19 par enfant une fois par semaine : un coût supportable pour les parents ?

Les règles de quarantaine et de testing dans les écoles ont été assouplies, mais les autorités recommandent "vivement" aux parents de faire passer un autotest à leurs enfants en âge scolaire à partir du dimanche 9 janvier, et de répéter cette démarche une fois par semaine. Au contraire des tests PCR, les autotests antigéniques ne sont pas remboursés pour la majeure partie de la population. Quel coût cela peut-il donc représenter pour les parents ?

Le prix des autotests varie selon le lieu d’achat. En grande surface, leur prix tourne autour de 3,50 euros (à titre d’exemple : 3,50 euros chez Colruyt, 3,50 euros chez Lidl, 2,99 euros chez Kruidvat). Certaines parapharmacies le vendent entre 3,50 et 4 euros. Et en pharmacie, ils coûtent entre 6 et 8 euros, un prix plus élevé justifié par un prix d’achat plus élevé – les pharmaciens n’ont pas la même force de négociation que la grande distribution – et par le fait que le pharmacien dispense, lui, des conseils lors de la vente des autotests.

Au moins 150 euros pour une famille de deux enfants, pour le second semestre

Il reste 22 semaines d’école d’ici à la fin juin. Si l’on prend le prix en grande surface, de 3,50 euros, multiplié par 22, cela donne 77 euros. Soit 154 euros pour une famille de deux enfants.

"Il ne faut pas oublier qu’il y a aussi les masques, cela commence à faire beaucoup de choses à charge des parents", réagit Véronique de Thier, de la FAPEO, la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel.

Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, partage ce sentiment : "On sait que les tests sont bon marché mais c’est encore trop cher pour les ménages qui vivent déjà économiquement à flux tendu. Et ça ne concerne pas que les familles les plus pauvres : la classe moyenne est aussi affectée, par l’augmentation des prix de l’énergie, des matières premières, les difficultés financières liées à la crise Covid, les inondations, etc. "

Test à 1 euro pour les bénéficiaires de l’intervention majorée

Les autorités mettent en avant le fait que les bénéficiaires de l’intervention majorée (BIM) peuvent acheter les tests à 1 euro en pharmacie (avec un maximum de 4 tests par membre de la famille, par quinzaine).

Pour Christine Mahy, les tests devraient tout simplement être gratuits pour tous : "En Wallonie, environ 20% des enfants âgés de 0 à 19 ans bénéficient du statut BIM, donc 80% des enfants ne l’ont pas. Or, je l’ai dit, on n’est pas spécialement en dehors des difficultés financières quand on n’a pas ce statut. Par ailleurs, pour les bénéficiaires du BIM, mettons qu’ils achètent 4 tests, cela fait 4 euros. 4 euros, c’est deux pains. Dans des familles où l’on compte tous les jours pour savoir comment on va manger jusqu’à la fin du mois, le moindre euro de dépense est problématique."

Pas facile à réaliser

Mais il n’y a pas que le coût qui pose question. Véronique de Thier (FAPEO) rappelle que ce n’est pas toujours facile de réaliser correctement ces autotests et qu’un certain nombre de familles n’auront tout simplement pas accès à cette information. "Elles ne regardent pas les médias traditionnels et les directions d’école sont encore en congé." Donc si tout le monde n’applique pas la mesure, ou ne l’applique pas correctement, "on peut se poser des questions sur la pertinence de cette mesure".

Pour Christine Mahy, il aurait été préférable d’organiser ce testing dans les écoles : "Cela pourrait se faire dans les écoles, avec des tests fournis par les écoles. Ça ne creuserait pas les inégalités entre les familles qui peuvent payer et pas payer, et celles qui ont par exemple des difficultés à lire le mode d’emploi de ces tests et les autres. Il faut mettre en place un dispositif facilitant." Pour la secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, ce serait une manière pour les autorités de montrer leur soutien à la population, de les aider à continuer à collaborer.

Sur le même sujet, au JT de 19h30 (6 janvier 2022) :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK