Un ancien accro aux jeux raconte sa descente aux enfers

Un ancien accroc aux jeux raconte sa descente aux enfers
Un ancien accroc aux jeux raconte sa descente aux enfers - © rtbf

Roulette, poker et autres machines à sous sont un véritable plaisir pour les joueurs, mais pour certains il y a danger : le jeu peut vite se transformer en addiction entrainant dettes et mensonges. Il existe différentes thérapies pour contrôler ce mal. Nous avons rencontré un ancien accro au jeu, qui pour se soigner, a réalisé un moyen métrage sur son histoire.

Il y a quelques années, Robert Fumière fréquentait pratiquement tous les jours le casino de Namur. Si aujourd’hui, il s’en est sorti, il a vécu une véritable descente aux enfers. "A l’époque, je ne manquais de rien, j’avais un garage et je gagnais très bien ma vie. Lorsque je me suis mis à jouer, comme un drogué, j’ai commencé à mentir à mon épouse, j’ai misé une par une les voitures de mon commerce, j’ai joué de plus en plus et perdu beaucoup d’argent", témoigne-t-il.  Au total, Robert a perdu l’équivalent de trois maisons.

Un film en guise de thérapie

Avec l’aide de sa famille et grâce à un héritage, il a pu éponger ses dettes. Pour se défaire de son addiction, alors qu’il n’a rien à voir avec le milieu du cinéma, il a décidé de réaliser un film avec un ami.  "J’ai tout d’abord fait ce film pour moi-même, mais aussi pour faire comprendre aux gens ce qu’est réellement l’addiction au jeu et jusqu’où elle peut nous entrainer".  Robert a présenté cette vidéo dans des centres culturels en espérant qu’elle provoquera un déclic chez certains accros.

Les thérapies

Pour traiter cette pathologie, la clinique du jeu de l’hôpital Brugmann propose différentes solutions comme des thérapies de groupes ou individuelles, et depuis peu, une aide gratuite a été mise en ligne. Mélanie Saeremans, psychologue à la clinique du jeu, explique en quoi consiste ce programme "self help". Grâce à cette méthode, "la personne peut évoluer à travers différents modules et un compte personnel ".  

Quelques clics comme premier pas vers la thérapie. Cette solution web est on ne peut plus d’actualité puisque nombreux sont ceux qui aujourd’hui s’accrochent à la toile pour s’adonner à leur addiction via les jeux en ligne.

A l'avenir, les spécialistes s'attendent aussi à soigner davantage de femmes. Car si celles-ci passaient rarement les portes d'un casino, avec internet le jeu s'invite plus facilement à domicile.

I.L. avec Y. Favaro

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK