Tueurs du Brabant: quelle valeur a l'aveu du "Géant"?

L'aveu supposé d'un homme relance le dossier judiciaire le plus mystérieux de l'histoire judiciaire belge. Cet aveu, c'est celui du "Géant". Un homme qui sur son lit de mort confesse à son frère qu'il a fait partie de la bande des tueurs du Brabant. C'est le frère en question qui est en déduit qu'il est le "Géant".

Mais quelle valeur à cet aveu? Le juriste Pierre Chomé nuance d'entrée: "Un aveu n'est pas une preuve absolue". 

D’ailleurs dans ce dossier, des aveux, il y en a eu à la pelle. Le dernier en date remonte à 2014, l’aveu d’un certain Jean-Marie Tinck. Il s’était enorgueilli d’avoir fait partie des Tueurs du Brabant. Depuis il s’est rétracté, laissant s’évanouir les espoirs des familles des victimes aussi rapidement qu’ils avaient fleuri.

Le témoignage du supposé "Géant" est indirect. C'est le frère qui le rapporte. L'homme qui a vu l'ours en quelques sorte. "La Justice considère que la preuve est libre, explique Pierre Chomé, ça aura une valeur si ça peut se recouper avec d'autres éléments de l'enquête".

Puisque les faits ne sont pas prescrits, la Justice doit se saisir du moindre élément. "La Justice n'a pas le choix! Ce sont des crimes sous forme d'assassinats ou vols avec meurtres" détaille encore le juriste belge. 

Sondage A Votre Avis - Ekho

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK