Tueurs du Brabant: confrontation peu déterminante pour JM Tinck

Le 9 septembre 1985
Le 9 septembre 1985 - © FILES - BELGA

La confrontation entre Jean-Marie Tinck et un nouveau témoin n'a pas permis d'éclaircir la situation. Jean-Marie Tinck maintient qu'il n'a pas fait partie de la bande des Tueurs. Le témoin confronté à lui n'a rien livré de fondamental contre le suspect interpellé le 12 mai dernier. Jean-Marie Tinck devait savoir aujourd'hui si sa détention préventive était ou non prolongée. Mais après la confrontation, l'audience de la chambre du conseil a été reportée de 24 heures.

Ce sont principalement des confidences de Jean-Marie Tinck à des amis qui sont à l'origine de ses ennuis judiciaires. Depuis qu'il est en détention préventive (un mois et demi), les enquêteurs travaillent à vérifier ce qui peut l'être, à charge et à décharge, près de 30 ans après le dernier fait.

Ce qui intriguait le plus les enquêteurs c'est le fait que Jean-Marie Tinck avait confié un élément qui à l'époque n'avait pas été rendu public. Comment possédait-il cette information ? Jean-Marie Tinck a fourni aux enquêteurs une explication que le témoin devait en principe confirmer : c'est ce même témoin qui l'aurait informé de cet élément.

Mais d'après les informations recueillies par la RTBF, cette confrontation n'a pas donné grand chose, elle n'a pas permis de lever les zones d'ombre qui pèsent sur le discours de Jean-Marie Tinck. Ce serait "50-50", apprend-t-on à bonne source.

Pour la défense c'est évidemment capital. La vérification de ce point était une des raisons pour maintenir Jean-Marie Tinck en détention préventive. Il semble qu'elle n'ait plus raison d'être. Jean-Edmond Mairiaux avocat de Jean-Marie Tinck préfère plaider mardi : "Je pense, qu’il est beaucoup plus intelligent de plaider avec cet élément au dossier, que de plaider sans et inconnu de tous".

Chacun comprend qu'en l'absence d’éléments matériels à charge, et après les résultats du polygraphe, la confrontation pourrait faire pencher la balance en faveur d'une remise en liberté de Jean-Marie Tinck.

La chambre du conseil décidera mardi de le maintenir ou non en détention.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK