Tueurs du Brabant: des devoirs d'enquête toujours en cours

L'attaque au Delhaize de Braine-l'Alleud en août 1985
2 images
L'attaque au Delhaize de Braine-l'Alleud en août 1985 - © Archive Belga/HERWIG VERGULT

La longue enquête sur les tueries du Brabant, qui ont secoué le pays entre 1982 et 1985, a connu un nouveau soubresaut cette semaine. 21 perquisitions ont été menées mardi dans tout le pays. Des devoirs d'enquêtes sont toujours en cours, selon les informations de la RTBF.

Difficile d'en savoir plus, si ce n'est qu'il s'agit d'une relecture d'une des nombreuses pistes suivies, celle de l'extrême-droite semble-t-il. Il n'y avait plus eu de perquisition dans cette enquête depuis 2006. Bien sûr, d'autres devoirs d'enquête ont eu lieu. Mais cette fois, les enquêteurs sont repartis à la pêche. Et la pêche semble importante, en tout cas au point de vue des documents ou objets saisis.

"Il n'y a pas eu d'interpellations, pas eu d'arrestation", a expliqué sur les ondes de la RTBF Chistian De Valkeneer, procureur du Roi à Charleroi. "Les enquêteurs sont occupés d'exploiter les objets qui ont été saisis au cours de ces perquisitions."

Il faudra donc du temps pour analyser le matériel saisi. À ce moment-là, les autorités communiqueront. Mais il faut faire vite. En novembre 2015, les faits seront prescrits. Et l'enquête use les enquêteurs. Voici quelques semaines, le chef des enquêteurs, Eddy Vos, avait décidé de quitter. À force de lire et relire un million et demi de pages, il ne voyait plus trop clair.

Alors cette fois, quelle est cette piste ? "Je ne vais pas dire que c'est une piste tout à fait nouvelle mais l'angle de vue est nouveau", poursuit Christian De Valkeneer. Selon les informations de la RTBF, ce serait une piste en lien avec l'extrême-droite et, ce qui serait nouveau, c’est que des témoins déjà entendus parleraient aujourd'hui plus librement. Ils évoqueraient des personnes condamnées en assises et en correctionnelle.

Nouvel espoir, 27 ans après la dernière attaque ? Il ne s'agit pas, promet le procureur, de réveiller un espoir fou. Mais en tout cas, l'espoir ne s'est pas endormi.

PIAB, avec Michel Lagase

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK