Tueries du Brabant: une trace génétique précise a été identifiée

La juge d'instruction Martine Michel
La juge d'instruction Martine Michel - © RTBF

Il y a du neuf dans le dossier sur les tueries du Brabant : un ADN, c'est-à-dire une trace génétique, de type masculin, a été clairement identifié. Autre élément neuf : l'équipe des enquêteurs va être renforcée. C'est ce qui est ressorti lundi d'une rencontre entre les parents des victimes et les autorités judiciaires.

La ministre de la Justice Annemie Turtelboom et les autorités judiciaires hennuyères se sont adressées ce lundi aux parents des victimes des tueries du Brabant. Et il y a du neuf : une trace d'ADN a été isolée, une première dans cette enquête, confirme la juge d’instruction Martine Michel à la RTBF : "On a retrouvé sur une des pièces à conviction un ADN masculin unique, qui pourra faire l’objet de comparaison, non seulement dans la banque de données nationales, mais aussi dans les autres banques de données européennes. Et bien sûr avec un éventuel suspect".

Il reste donc à faire parler cet ADN et des devoirs d'enquête sont toujours en cours. C'est essentiellement la piste de l'extrême droite qui est actuellement approfondie.

La juge d'instruction a par ailleurs rappelé qu'une prime de 250 000 euros était toujours offerte par Delhaize à tout informateur pouvant faire avancer l'enquête significativement. Martine Michel a ajouté que la nouvelle équipe d'enquêteurs était composée de policiers expérimentés, qui auront un regard neuf sur le dossier, sans faire table rase du passé.

Autre nouveauté, la cellule d'enquête est renforcée.

Dernière nouveauté, un site internet officiel invite chaque citoyen à témoigner auprès des enquêteurs. Mais reste un gros obstacle : en novembre 2015, les faits seront prescrits. Impossible au-delà de cette date de poursuivre l'enquête mais la ministre de la Justice Annemie Turtelboom s'est montrée rassurante auprès des victimes : si c’est nécessaire, on pourra prolonger le délai de prescription, selon elle.

Reste désormais l'essentiel : trouver et juger les responsables de 28 morts ... après déjà trente ans d'enquête infructueuse.

"Le rapport de la profileuse était proche de l'escroquerie"

Le procureur du Roi de Charleroi, Christian De Valkeneer, a tenu, lundi, à rectifier des propos tenus dans l'hebdomadaire Paris-Match, qui faisaient état de "pistes négligées" dans le dossier des Tueries du Brabant, alors qu'elles étaient issues du rapport établi par la profileuse Danièle Zucker.

"Les pistes qui devaient être exploitées l'ont été", a assuré le procureur du Roi. "J'estime toutefois qu'une facture de 56 000 euros pour un rapport de 70 pages était exagérée et proche de l'escroquerie, compte tenu des conclusions tirées par Mme Zucker", a déclaré Christian De Valkeneer.

La juge d'instruction Martine Michel a par ailleurs précisé que ce rapport était "partial et partiel", compte tenu de ce qu'il n'étudiait qu'une période limitée et qu'il était issu d'un travail entre la profileuse et un seul enquêteur.

A.L. avec A. Dremière et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK