Tueries du Brabant: les fouilles arrêtées dans le canal Bruxelles-Charleroi, aucune découverte

Un zodiac navigue sur le canal avec à son bord un ou deux plongeurs accompagnés de policiers. 
2 images
Un zodiac navigue sur le canal avec à son bord un ou deux plongeurs accompagnés de policiers.  - © Tous droits réservés

Les plongeurs de la Protection civile ont sondé jeudi après-midi le canal Bruxelles-Charleroi à Ittre, sur une longueur de 200 mètres, à hauteur du pont Charles Catala, dans le cadre de vérifications concernant le dossier des tueurs du Brabant. Aucune découverte n'aurait été faite.

Les plongeurs de la Protection Civile et le sonar de la police fédérale ont sondé jeudi après-midi un tronçon de quelque 200 mètres du canal Bruxelles-Charleroi à Ittre. Les opérations de sondage ont commencé jeudi vers 11h00 et se sont terminées peu après 16h00. Selon la police de la navigation, présente sur les lieux, les résultats des sondages se seraient avérés négatifs.

Le canal a été temporairement fermé à la navigation pendant les sondages: il a toutefois été temporairement rouvert de midi à 15h00 pour laisser passer six péniches avant d'être à nouveau fermé jusqu'aux environs de 15h15.

Les investigations s'inscrivaient dans le cadre du dossier des tueurs du Brabant. Jeudi matin, le procureur du Roi de Liège, Christian de Valkeneer, a indiqué lors d'une conférence de presse, qu'en mai dernier, deux boîtes en métal portant l'inscription "gendarmerie" avaient été découvertes dans le canal par trois jeunes des environs qui avaient utilisé un aimant industriel pour trouver des objets métalliques. Les sondages de jeudi ont été opérés dans la zone des découvertes du mois de mai. La police doit encore expertiser les objets trouvés pour déterminer s'ils sont en lien avec les tueries du Brabant.

Mercredi, le parquet général de Mons a indiqué que des vérifications étaient en cours dans le cadre de ce dossier. C'est dans ce contexte que s'inscrit l'action des plongeurs de la Protection civile. Le Parquet Général de Mons a toutefois précisé que les plongeurs de la Protection civile n'étaient entrés en action que jeudi et non mercredi, comme précédemment annoncé.

Le site des investigations menées jeudi dans le canal Bruxelles-Charleroi est situé à quelque 3 kilomètres du site où les enquêteurs avaient fait des découvertes en 1986 dans le cadre de ce même dossier.

Des munitions de la gendarmerie découvertes dans le canal en mai dernier

Récemment, de nouveaux objets provenant de ce même canal ont été remis aux enquêteurs dans ce dossier. Un riotgun, une arme de poing et deux boîtes de munitions de la gendarmerie ont été retrouvés par trois jeunes qui ont réalisé en mai dernier des fouilles dans le canal par hobby, a annoncé ce jeudi le procureur général de Liège, Christian De Valkeneer.

Ces objets n'ont été remis que mercredi à la police suite à la diffusion d'une émission consacrée aux Tueurs du Brabant sur VTM. Des analyses sont en cours.

On sait que la police était toujours à la recherche de deux riotguns dans le cadre de l'enquête.

>>> A lire également: Tueurs du Brabant: résumé de plus de 30 ans de mystère

En parallèle, on apprenait samedi dernier qu'un ancien gendarme d'Alost, Chris B., aurait ainsi révélé à son frère sur son lit de mort, en 2015, son implication dans les tueries. Il s'agirait en effet du mystérieux "Géant".

>>> A lire également: Quelle valeur a l'aveu du "Géant"?

Extrait de notre JT de 13h:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK