Trop d'antibiotiques sont encore administrés à nos animaux d'élevage

L'an dernier, porc, poules, vaches, boeufs, etc., se sont partagés 266 tonnes d'antibiotiques. C'est O,6 % en moins par rapport à 2012.

Une baisse jugée insuffisante car ces antibiotiques se retrouvent dans nos organismes et cela peut sérieusement restreindre notre résistance aux infections.

Rappelons que des mesures ont déjà été prises dans les élevages. Ainsi une directive européenne interdit depuis 2006 l'administration préventive d'antibiotiques. Sont interdits aussi les antibiotiques administrés pour favoriser la croissance. Autrement dit, un antibiotique doit soigner, en point c'est tout.

Point virgule, car le secteur ne s'autorégule pas tout à fait. Et si l'on compare les chiffres belges avec nos voisins, il y a encore de sérieux efforts à fournir.

La volonté belge est de diviser la consommation des antibiotiques par deux. Le secteur porcin l'a compris. En neuf mois, 60 éleveurs ont pu diminuer de moitié l'administration d'antibiotiques. Un mot clef : l'hygiène des porcheries. Ce qui évite les maladies, et donc les médicaments. Et surtout, la chaîne alimentaire se voit protégée.

 

Avec M. Lagase

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK